Une ex-employée du CIUSSS de la Capitale-Nationale accusée d'avoir fourni de fausses preuves vaccinales


Une femme entre dans une clinique de vaccination contre la COVID-19, le mercredi 6 avril 2022 à Montréal. (Ryan Remiorz | La Presse canadienne)

L'Unité permanente anti-corruption (UPAC) vient d'épingler une ex-employée du CIUSSS de la Capitale-Nationale pour abus de confiance, production de faux documents et utilisation frauduleuse d'un ordinateur.

Carolane Fournier a fait de fausses inscriptions dans le Registre de vaccination du Québec pour elle-même et pour d'autres personnes qui ont pu obtenir un passeport vaccinal sans avoir été vaccinées. Les infractions ont été commises entre le 8 et le 17 septembre 2021.

Elle travaillait comme agente accompagnatrice au site de vaccination de l'Université Laval.

Carolane Fournier n'est plus à l'emploi du CIUSSS-CN depuis septembre 2021.

Déjouer le système

Mme Fournier n’est pas la seule à avoir tenté de déjouer le système durant la crise sanitaire. Par exemple, un juge de la Cour supérieure a dû se pencher sur une contestation de la légalité même du passeport vaccinal.

L’avocat Hans Mercier avait saisi le palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce dans le but de faire invalider le décret adopté le 1er septembre 2021 qui instaurait l’obligation de présenter une preuve vaccinale, en l’occurrence le passeport, pour avoir le droit d’accéder à certains commerces et autres endroits publics.

Malheureusement pour les théoriciens juridiques, le tribunal n’a jamais eu à répondre à cette question. Le décret a été abrogé le 11 mars 2022, dès lors, rendant le recours de Me Mercier caduc.

À lire également:

Ailleurs, rappelons l’histoire de l’homme de 60 ans qui a avoué s’être fait vacciner contre la COVID-19 des dizaines de fois en Allemagne afin de vendre de faux carnets de vaccination aux personnes ne voulant pas se faire vacciner.

L’homme, dont l’identité est inconnue, aurait reçu jusqu’à 90 doses de vaccin dans différents centres de vaccination.

Les autorités ont saisi plusieurs fausses cartes de vaccination et ont engagé des poursuites pénales.