12 jours d'action contre les violences faites aux femmes à Rimouski

Maison des femmes Drummondville - ruban blanc

Un regroupement d’organismes qui luttent contre les violences faites aux femmes au Bas-Saint-Laurent lancent les 12 jours d’action Rimouski-Mitis.

Jusqu’au 6 décembre, La Débrouille, le Centre-femmes de Rimouski et le CALACS de l’est du Bas-Saint-Laurent proposent des activités de sensibilisation sous le thème « Déconfiner la conversation face aux violences genrées ».

La pandémie et le confinement ont exacerbé les violences faites aux femmes dans les deux dernières années, selon le comité. La campagne de mobilisation vise à déconfiner le dialogue, à l’ouvrir et à le remettre sur la place publique afin que les victimes ne se sentent plus isolées.

« C’est d’autant plus nécessaire d’en parler maintenant, parce que ces formes de violences, qui sont vécues dans le couple, dans l’intimité, sont déjà invisibles en temps normal dans notre société, souligne Marie Nicolas de La Débrouille. Elles l’ont été d’autant plus dans cette période de confinement avec l’isolement qu’ont vécu les victimes de violence conjugale. Elles ont été vraiment prises avec leur agresseur 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. »

Émilie Pelletier du CALACS de l’est du Bas-Saint-Laurent ajoute que les féminicides ont été en forte hausse en 2021 au Québec, notamment en raison de l’isolement causé par la pandémie.

« Depuis janvier 2021, 18 femmes et deux enfants ont perdu la vie dans un contexte conjugal. Au-delà des féminicides, il y a aussi des violences sexuelles et conjugales. On le sait, les proches et l’entourage des victimes sont des facteurs de protection, mais elles ont pu moins les voir. »

Émilie Pelletier, membre du comité 12 jours d’action Rimouski-Mitis et coresponsable au sociopolitique au CALACS de l’est du Bas-Saint-Laurent

Les 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes ont débuté jeudi par la diffusion du documentaire Lettre à mon enfant fruit du viol et se termineront le 6 décembre au parc du Cégep de Rimouski par une vigile en mémoire des victimes de la tuerie de la Polytechnique et des victimes des récents féminicides .

Programmation des 12 jours d’action Rimouski-Mitis

25 novembre : Diffusion du documentaire Lettre à mon enfant fruit du viol

28 novembre : Conférence en ligne Comment les organismes et les intervenantes peuvent devenir de meilleurs alliés des femmes immigrantes victimes de violence conjugale.

30 novembre : Kiosque informatif Parlons des violences faites aux femmes à la cafétéria du Cégep de Rimouski, atelier de Photobooth avec les étudiants et étudiantes et atelier Se sensibiliser aux violences faites aux femmes, pour mieux les accompagner animé par des étudiantes de deuxième année en travail social

2 décembre : Kiosque informatif dans l’atrium de l’UQAR avec le comité féministe de l’UQAR

4 décembre : Conférence en ligne Hood-STOP— Les violences sexuelles

5 décembre : Conférence en ligne Stop aux violences obstétricales et gynécologiques

6 décembre : Veillée à la bougie en mémoire des victimes de la Polytechnique et des récents féminicides au parc du Cégep de Rimouski

Le comité encourage également la population à afficher un ruban blanc dans sa fenêtre en soutien aux femmes victimes de violences.

Pour Marie Nicolas, la sensibilisation et la mobilisation sont des étapes cruciales dans la lutte aux violences faites aux femmes. « La principale chose, c’est de se sensibiliser et se mobiliser. Il faut croire les victimes, les accueillir, ne pas couper le dialogue, mais bien de rester ouvert et de montrer à ces femmes-là que des issues sont possible. »