Abolition des commissions scolaires: Céline Lefrançois déçue

Céline Lefrançois n'est plus présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées (CSMM).

Céline Lefrançois n'est plus présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées (CSMM).

Le gouvernement Legault a aboli, tôt samedi matin, les commissions scolaires de la province, tel que promis en campagne électorale, afin de les remplacer par des centres de services aux écoles.

L'ex-présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées ne cache pas sa déception.

« Du jour au lendemain, qu’on nous discarte comme ça de façon très méprisante et irrespectueuse, c’est très difficile à prendre. Je suis en fin de carrière et je crois que les commissaires comme moi méritaient un peu de respect et de reconnaissance pour le travail effectué. »

Céline Lefrançois, ex-présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées

Madame Lefrançois se dit tout de même fière des réalisations de son organisation au cours des dernières années.

« Le développement de la formation professionnelle, le maintien de nos petites écoles à 6 élèves, du jamais vu au niveau provincial, du préscolaire dans les petites municipalités et du secondaire 1 et 2 dans les villages. »

Céline Lefrançois, ex-présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées

Céline Lefrançois s'inquiète de l'implication des parents bénévoles qui siégeront dorénavant sur les conseils d'administration.

« À la dernière rencontre du comité de parents de notre commission scolaire, qui aurait toujours une possibilité de 24-25 parents, il y avait 6 parents. Ce n’est même pas quorum. »

Céline Lefrançois, ex-présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées