Année record pour les producteurs de bois du Bas-St-Laurent.

Charles Edmond Landry, directeur général du SPFBSL et Maurice Veilleux, vice-président.

Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-St-Laurent dresse un bilan record pour 2019.

Les producteurs enregistrent des ventes de près de 1,3 M$ de bois en matières solides.

Du côté de la tordeuse de bourgeons d'épinettes, des budgets supplémentaires ont permis aux boisés d'être arrosé et protégé.

Le président, Maurice Veilleux, poursuivra son travail pour la baisse du taux de taxes des propriétaires de lots sous aménagés.

La valeur marchande du bois reste stable alors que les comptes de taxes augmentent.

Il y a 10 ans, je payais environ 150 $ de taxes pour était évalué a environ 20 000 $. Il y a eu de la récolte de bois dessus. Ça aurait du faire baisser la valeur, mais non il a monté. Il est maintenant évalué à 70 000 $ et je paye 800 $ de taxes.  

Maurice Veilleux, président du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-St-Laurent.

Avec la popularité de la chasse, la valeur des terrains boisés est à la hausse alors que certains sont destinés uniquement à la coupe de bois.

Beaucoup de terrains sont vendus à des chasseurs provenant de l'extérieur qui profitent de cette terre pour en faire un terrain de chasse fructueux. Cependant, ces terrains ne sont plus destinés pour la récolte de bois et pourraient finir éventuellement par avoir un impact sur le marché régional.

Tous ces gens-là ne veulent pas faire de la récolte. Toutes les usines qui sont en région sont pénalisées. Plus on a de propriétaires non actifs, un jour on va finir par pénaliser la mise en marché et les usines. Les usines vont devoir se retourner vers la forêt publique et on aura toujours des défenseurs pour dire qu'elle est trop sollicitée.​

spacer