Assouplissements: les aînés encore oubliés selon Harold LeBel

Le député de Rimouski, Harold LeBel, s’exerce au curling-balle lors d’une visite au Club des 50 + de Sainte-Agnès à Rimouski, à la mi-décembre 2021.

Le député de Rimouski dit avoir un sentiment partagé à la suite des assouplissements aux mesures sanitaires annoncées mardi par le gouvernement Legault.

D’une part, Harold LeBel salue la réouverture graduelle des restaurants, des salles de spectacles ainsi que la reprise des activités sportives pour les jeunes.

Cependant, il estime que les aînés ont encore une fois été oubliés.

Malgré un élargissement des droits de visite dans les milieux de vie, M. LeBel considère que plusieurs aînés qui demeurent actifs sont très affectés par l’isolement et l’impossibilité de participer à des activités.

Comme les personnes de 65 ans et plus représentent le quart de la population bas-laurentienne, il croit qu’une proportion trop importante de résidents sont délaissés.

Le député souligne l’importance d’une vie sociale et active pour préserver l’autonomie des aînés, qui selon lui, respectent bien les consignes sanitaires.

« Le gouvernement a annoncé les assouplissements en admettant qu’il devenait incontournable d’améliorer le moral des troupes, particulièrement celui des jeunes avec le sport, ce qui est parfait, mais pourquoi oublier les aînés? Depuis le début de la pandémie, la vie sociale et active de bien des gens âgés a considérablement ralenti. Au rythme des confinements et confinements, de nombreux aînés font moins d’activité physique. Certains d’entre eux n’en font carrément plus du tout, ce qui a une incidence directe sur leur autonomie »

Harold LeBel, député de Rimouski