Christian Dubé rencontre Pascal Bérubé à Matane

Isabelle Malo, Christian Dubé et Pascal Bérubé

La persévérance du député de Matane-Matapédia Pascal Bérubé a finalement porté fruit puisque le ministre de la Santé a répondu positivement à ses demandes répétées concernant une visite dans la circonscription.

Christian Dubé s’est rendu à l’Hôpital de Matane lundi, puis a rencontré le député pour discuter des différents enjeux en santé qui touchent le comté, notamment la situation des infirmières. « Il y a la question financière, l’organisation du travail, le renfort dont on a besoin, souligne M. Bérubé. Dans le cas de Matane, on a 11 découvertures en obstétrique depuis le début de l’année 2021 et à Amqui c’est fragile aussi. »

Le député mentionne également que les infirmières de La Matanie et de La Matapédia ont été oubliées dans l’attribution des primes. Celles des régions où les besoins sont jugés plus criants, soit en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Côte-Nord, Outaouais, Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, peuvent toucher des bonis allant jusqu’à 18 000 $. Malgré les ruptures de service répétées à l’hôpital de Matane, les infirmières qui y travaillent bénéficieront de primes allant jusqu’à 15 000 $.

« Les infirmières de la Gaspésie administrative ont 3 000 $ de plus. J’aimerais qu’on ait les mêmes conditions dans La Matapédia et La Matanie. Le ministre réalise qu’on n’est pas en Gaspésie administrative, alors je lui ai dit qu’on est contigu et qu’on peut l’accorder aux deux hôpitaux. Ça ne veut pas dire que c’est une solution pour ramener plusieurs infirmières, mais le message serait fort. »

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

L’élu a également fait le point sur les horaires de faction des paramédics de Matane, la situation du laboratoire de l’Hôpital de Mont-Joli, le remboursement des frais pour des soins à l’extérieur de la région et sur l’hémodialyse.

« À Matane et à Amqui, on n’a aucune chaise d’hémodialyse et les gens doivent se rendre à Rimouski trois fois par semaine pour leur santé, ils n’ont pas le choix et c’est inacceptable. J’ai proposé différents modèles au ministre, je lui ai parlé de celui de Sainte-Anne-des-Monts qui fonctionne très bien. »