Des professionnelles en soins « mortes de fatigue »

Des travailleurs du CISSS du Bas-Saint-Laurent manifestent devant l'hôpital de Rimouski.

Des professionnelles en soins et des professionnelles de la santé du CISSS du Bas-Saint-Laurent se sont mobilisées mercredi après-midi devant l’hôpital de Rimouski pour dénoncer leurs conditions de travail.

Elles déplorent que le CISSS du Bas-Saint-Laurent propose de mettre en application l’arrêté ministériel qui diminuerait leurs vacances estivales.

Alors que la situation dans la région diffère de celle de Montréal, les professionnelles ne comprennent pas pourquoi elles devraient subir les mêmes mesures que celles des zones chaudes.

« La ministre McCann a dit vendredi passé qu’au niveau de zones froides, les vacances allaient avoir lieu comme prévu, selon ce qui est établi dans la convention collective. Comme au Bas-Saint-Laurent on est la région avec le moins de cas, pourquoi on va jouer dans nos vacances et sur nos conditions de travail ? »

Alexis d’Aoust-Tremblay, président par intérim de l’APTS Bas-Saint-Laurent

Alexis d'Aoust-Tremblay, président par intérim de l'APTS Bas-Saint-Laurent.

Maude Parent, journaliste Bell Média | Alexis d'Aoust-Tremblay, président par intérim de l'APTS Bas-Saint-Laurent

Les membres de la FIQ et de l’APTS-Bas-Saint-Laurent se joignent au mouvement provincial sous le thème « mortes de fatigue » afin de revendiquer leur droit aux vacances. Une vingtaine de manifestants étaient présents devant l’hôpital de Rimouski. Certains se sont allongés sur le sol afin d’illustrer leur épuisement.

La présidente régionale de la FIQ, Cindie Soucy, estime que les employés ont besoin de leurs vacances afin de revenir en force pour faire face à une éventuelle deuxième vague de COVID-19.

« Nos gens ont besoin de leurs vacances, ont besoin de se reposer. Une deuxième vague, c’est possible que ça nous arrive et on doit être prêts à l’affronter, prêts à être à l’offensive quand le moment sera venu. Et ce n’est pas en pressant le citron et en manquant de reconnaissance envers nos travailleurs qu’on va y arriver. »

Cindie Soucy, présidente de la FIQ Bas-Saint-Laurent

Des travailleurs du CISSS du Bas-Saint-Laurent s'étendent sur le sol devant l'hôpital de Rimouski afin d'illustrer leur fatigue.

Maude Parent, journaliste Bell Média

Alors que les professionnelles de soins et les professionnelles de la santé sont sur la ligne de front pour lutter contre la COVID-19, elles dénoncent également le fait de voir leurs horaires modifiés sans avertissement et d’être déplacées dans d’autres établissements.

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent n’a pas souhaité émettre de commentaire.