Des Terrasses urbaines adaptées à la crise sanitaire

Terrasses Urbaines à Rimouski

Les mesures d’hygiène et la distanciation physique n’auront pas raison des Terrasses urbaines qui seront à nouveau présentées à Rimouski du 16 juillet au 17 août. L’événement ne sera pas de retour tel qu’on le connaît et sera plutôt adapté dans une version dépouillée afin limiter les risques d’éclosion de la COVID-19.

La rue Saint-Germain deviendra piétonnière pendant cette période entre l’avenue de la Cathédrale et la rue Belzile.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, indique que cette nouvelle mouture bien plus tranquille n’aura « rien à voir avec les Terrasses urbaines des années passées ». Il n’y aura pas d’animation, pas de spectacle ni de rassemblements. Les restaurateurs pourront faire jouer de la musique afin de mettre de l’ambiance s’ils le désirent.

Les heures d’ouverture seront également réduites, de sorte que les activités cesseront à 22 h du dimanche au mercredi et à 23 h du jeudi au samedi.

Le maire Parent précise que le conseil municipal autorise la tenue des Terrasses urbaines dans le but de venir en aide aux restaurateurs.

« On a le désir profond de tout mettre en œuvre pour que les restaurateurs puissent passer au travers de cette période extrêmement difficile ».

Marc Parent, maire de Rimouski

La Ville s’est engagée à accueillir tous les projets provenant de ces commerces afin d’éviter d’éventuelles fermetures. Plusieurs terrasses ont, notamment, été installées dans des stationnements de la rue Saint-Germain.

Le maire appelle à la vigilance

Marc Parent se dit préoccupé quant au respect de la distanciation sociale dans certains commerces, comme les restaurants, où de nombreuses personnes n’habitant pas sous le même toit sont assises côte à côte. Il invite les citoyens à respecter les consignes sanitaires. Le déploiement d’un concept comme les Terrasses urbaines, qui se veut habituellement festif, ne devrait pas être synonyme de relâchement.

« On veut un été où on peut sentir qu’on est en vacances et la dernière chose qu’on voudrait c’est de voir ces projets annulés. »

Marc Parent, maire de Rimouski