Ébénisterie communautaire Rimouski n'a toujours pas de local

Le président d'Ébénisterie communautaire Rimouski, Normand Pelletier, entouré de membres de l'organisme et du député de Rimouski Harold LeBel.

Le projet d’ébénisterie communautaire à Rimouski n’a toujours pas été en mesure de démarrer ses activités, faute d’avoir un local, deux ans après sa fondation par des aînés.

L’organisme indique avoir reçu une subvention de 25 000 $ du gouvernement fédéral et de 5 000 $ de la Caisse Desjardins pour l’achat d’équipements.

Cependant, ces montants sont conditionnels au démarrage du projet.

Selon le président d’Ébénisterie communautaire, Normand Pelletier, l’argent n’a jamais pu être utilisé et les membres devront le retourner au gouvernement si la Ville de Rimouski n’accepte pas de leur trouver un local avant janvier. « Ça fait des mois qu’on formule notre demande à la Ville, note-t-il. On veut simplement que la Ville rende un local d’environ 2 000 pieds carré disponible, on ne leur demande pas de l’aménager, ni de s’en occuper. »

Les utilisateurs comptent entretenir et gérer l’atelier bénévolement.

« Il est minuit moins cinq. Il faut rendre des comptes au fédéral qui nous demande où on est rendu avec notre projet et on leur dit quoi? On leur dit qu’on attend toujours après notre local et qu’on n’a pas dépensé une cenne parce qu’on ne peut pas acheter d’équipements si on n’a pas de local. »

Normand Pelletier, président d’Ébénisterie communautaire Rimouski

L’initiative a obtenu 26 lettres d’appui, en plus du soutien du Centre intégré de santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, qui reconnait la pertinence du projet pour le vieillissement actif, et du député de Rimouski, Harold LeBel.

Vieillissement actif

Une personne sur quatre est déjà âgée de 65 ans et plus dans la région et cette proportion sera à la hausse pour les 15 prochaines années.

Selon Harold Lebel, des initiatives comme l’atelier d’ébénisterie favorisent le bien-être des aînés.

Harold LeBel, député de Rimouski.

Harold LeBel, député de Rimouski | Photo Maude Parent, journaliste Bell Média

Près d’un mois après le colloque sur le vieillissement de la population dans Rimouski-Neigette, il estime qu’il s’agit d’une solution pour briser l’isolement, favoriser les échanges et les rassemblements.

« Il doit y avoir des service et des lieux pour parler du quotidien et ne pas s’isoler. L’isolement des aînés est un problème important contre lequel il faut lutter et c’est ce que peut faire l’ébénisterie. »

Harold LeBel, député de Rimouski