F.-A.-Gauthier: un rapport accablant selon le PQ

F.A Gauthier janvier 2020 (2)

Les députés de Matane-Matapédia et des Îles-de-la-Madeleine se disent indignés et consternés suite au dépôt du rapport de la Vérificatrice générale au sujet du F.-A.-Gauthier.

Le Parti Québécois qualifie le document d’accablant, de gênant et dénonce une « série d’erreurs monumentales ».

Dans son rapport de 52 pages déposé ce matin à l’Assemblée nationale, la Vérificatrice générale Guylaine Leclerc conclut que la Société des Traversiers du Québec (STQ) n’avait pas toutes les compétences pour mener à bien ce projet.

Elle constate que le manque de ressources et d’expertises de la STQ a fait en sorte que le traversier compte 54 défauts jugés incorrigibles.  

« On n’a aucune garantie pour l’avenir à savoir si le bateau va pouvoir continuer de fonctionner et adéquatement. On sait qu’on a eu des problèmes avec les propulseurs, ils sont réparés pour l’instant, mais il y a aussi des vices de fabrication dans l’ensemble des composantes du bateau. »

Joёl Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du PQ en matière de Transports

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, estime pour sa part que certains éléments comme l’achat de l’Apollo sont absents du rapport. « L’Apollo, acheté par le gouvernement de la CAQ et qui n’aura duré que 17 jours. Coût total : 5,5 M$, revendu à 1 $. J’ai demandé à Pierre-Yves McSween ce que ça représentait comme dévaluation et il m’a dit ‘’c’est du jamais vu, c’est du n’importe quoi’’. »

En conférence de presse jeudi midi, le ministre des Transports, François Bonnardel, a réagi aux conclusions dévastatrices du rapport et a insisté sur le fait qu’une situation semblable ne devait « plus jamais » se produire.

« On peut dire que le conseil d’administration qui était là à l’époque, il n’y a plus personne qui est là aujourd’hui. Une grande partie des dirigeants ne sont plus là non plus aujourd’hui. Donc, c’est mon rôle de m’assurer d’un processus de gouvernance amélioré, pour que si on a besoin de retourner en appel d’offres dans le futur pour améliorer notre flotte, on va le faire de façon correcte pour que plus jamais je ne revoie un rapport comme ça. »

François Bonnardel, ministre des Transports

Le navire construit en Italie au coût de 170 M$ a été mis hors service pendant 13 mois en 2018 suite à un bris des propulseurs. L’incident s’est accompagné d’une facture de 22 M$.

En comptant l’achat de navires-remplaçants, soit l’Apollo et le Saaremaa, la saga du F.-A.-Gauthier aura coûté 235 M$ aux contribuables québécois.

spacer