Hémodynamie à Rimouski: Les élus et citoyens montent le ton à Québec

Hémodynamie Québec

Les élus, médecins et citoyens de l'Est-du-Québec accentuent à nouveau la pression sur la ministre de la santé pour l'obtention d'un service d'hémodynamie au Centre hospitalier régional de Rimouski.

Une délégation régionale est à Québec ce mardi et elle réclame une décision positive et rapide de la ministre Danielle McCann.

La région attend depuis 20 ans et le ton a réellement monté d'un cran lors d'un point de presse à l'Assemblée Nationale en fin d'avant-midi à Québec.

« Est-ce qu'on est une région de seconde zone, ça a tout simplement pas de bon sens. » 
Harold Lebel, député de Rimouski

« Ce qu'on vous demande aujourd'hui madame la ministre, c'est tout simplement de ne pas écouter vos fonctionnaires, exactement comme ça c'est fait il y a 30 ans pour le service de cancérologie à Rimouski. Si on n'a pas de réponse aujourd'hui, on aura pas le choix d'interpeller le premier ministre qui se dit régulièrement régionaliste. Ce sera à lui de le prouver. »
Francis St-Pierre, préfet de la MRC Rimouski-Neigette

« Je veux vous dire madame la ministre que je suis très déçu qu'on nous couillonne par en arrière alors que tous les fils sont pourtant attachés et que malgré ça, on apprend au cours des dernières heures qu'on fait des pressions sur la Gaspésie en leur disant de ne surtout pas aller à Rimouski sinon il pourrait y avoir des décès. »
Gérald Henry, porte-parole du comité pour l'implantation d'un service d'hémodynamie à Rimouski

 

Selon Harold Lebel, 1 400 patients de l'Est-du-Québec doivent se rendre à Québec pour obtenir ce type de soins.

Le député considère qu'il est inacceptable qu'en 2020, des hommes et des femmes de la région décèdent ou vivent avec des séquelles permanentes alors que 7 autres régions du Québec profitent d'un service d'hémodynamie.  

spacer