L'environnement au coeur du débat fédéral dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

election

Cinq candidats et candidates aux élections fédérales dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques ont participé au débat organisé mercredi soir par les étudiants et les professeurs du Cégep de Rimouski.

Un débat axé principalement sur les changements climatiques, l’environnement et la reprise de l’économie dans la circonscription.

La formule a permis quelques échanges directs opposant Maxime Blanchette-Joncas du Bloc Québécois, Noémi Bureau-Civil, candidate indépendante, France Gagnon du Parti conservateur, Léonie Lajoie du Parti libéral et Sylvain Lajoie du NPD.

Le député sortant Maxime Blanchette-Joncas été particulièrement sollicité dans les discussions. Il a notamment été appelé à défendre quelques-unes de ces décisions dans le cadre d’un échange avec la candidate conservatrice France Gagnon.

« Expliquez aux électeurs comment vous gérez leurs impôts et leurs taxes alors que vous tenez le quatrième rang sur 338 circonscriptions au niveau des dépenses de votre bureau pour les trois premiers mois de l’année en cours. C’est quoi ? Vous dilapidez les fonds qui vous sont octroyés ? Vous préférez du nouveau mobilier plutôt que de bien rémunérer vos employés qui ont tous été remerciés en mai dernier ? »

France Gagnon, candidate du Parti conservateur

« Je pense qu’il y a une chose en économie que l’on apprend, c’est qu’un portrait financier ne se fait pas sur un trimestre, ça se fait sur une année. Je vous invite à revoir le rapport que vous dites avoir consulté, ce sont les chiffres d’un trimestre. Ça ne veut pas dire que parce qu’on dépense plus à la rentrée scolaire, qu’il ne restera plus d’argent à Noël. C’est un budget qui est annuel. »

Maxime Blanchette-Joncas, candidat du Bloc Québécois

La candidate indépendante Noémi Bureau-Civil a quant à elle prôné la décroissance tout en promettant de remettre 75 % de son salaire de députée pour favoriser ce concept. « Honnêtement, j’ai mal à ma démocratie, c’est pourquoi je me suis présentée dans ces élections. On dirait que nos seuls choix sont des partis qui sont dans le déni, qui sous prétexte d’une pandémie, veulent relancer la dynamique économique qui est précisément la raison pour laquelle on a une pandémie. On veut relancer un système qui cause le réchauffement climatique. »

spacer