La décision d'Air Canada suscite bien des réactions à Rimouski

Aéroport régional de Mont-Joli

Six élus et représentants d’organismes économiques se prononcent sur les impacts très négatifs de l’abandon des vols régionaux, dont la liaison Mont-Joli–Montréal, par Air Canada.

La compagnie aérienne a annoncé son choix sans avertissement mardi.

Le maire de Rimouski Marc Parent précise qu’une décision comme celle-là remet en cause la tenue de certains événements majeurs dans la région.

Le député Harold Lebel indique que le gouvernement du Québec doit rapidement se réveiller pour réagir à la disparition de l’offre de transports dans l’Est-du-Québec. Il cite le départ d’Air Canada, le service très minimal de VIA Rail et l’absence d’une autoroute digne de ce nom à partir de Trois-Pistoles.

Le député Maxime Blanchette-Joncas affirme qu’Air Canada se moque de la population depuis plusieurs années en modulant ses tarifs à la baisse dès qu’un autre transporteur se pointe dans le décor.

Le préfet de la MRC Francis St-Pierre ajoute que lorsqu’une compagnie exerce un quasi-monopole, elle a également des responsabilités morales.

Pour les dirigeants de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette et de la SOPER, cette décision représente un net recul pour les gens d’affaires de l’Est-du-Québec qui deviennent moins concurrentiels avec l’absence de vols réguliers vers les grands centres.