La Maison Marie-Élisabeth souffle 10 bougies

Maison Marie-Élisabeth

La Maison Marie-Élisabeth à Rimouski fête son dixième anniversaire. L’établissement de soins palliatifs a officiellement ouvert ses portes le 8 mars 2010.

Depuis ses débuts, la Maison Marie-Élisabeth a accueilli 1 193 personnes en fin de vie.

Aujourd’hui, l’établissement compte sept chambres, 48 employés et 212 bénévoles.

L’implication bénévole est au cœur de son développement et de son évolution, selon la directrice générale Paule Côté.

« Le bénévolat c’est les assises de la Maison parce qu’il a fallu une dizaine d’années, de l’an 2000 à 2010, pour faire en sorte qu’elle existe. Ce projet a été rêvé et porté par des bénévoles dès le départ, et l’est encore aujourd’hui. »

Paule Côté, directrice générale de la Maison Marie-Élisabeth

Lucie Gauvin peut témoigner de l’importance de l’implication bénévole.

Cette retraitée donne de son temps depuis 2004, soit avant l’ouverture de ce service de soins palliatifs. « C’est une cause en laquelle je crois, raconte-t-elle. C’est important pour moi d’être utile aux gens en fin de vie, mais aussi à leurs proches afin d’enlever un poids de sur leurs épaules et de les soulager. »

Mme Gauvin a travaillé au sein de l’équipe de départ qui a démarré le projet et a assisté à son évolution depuis le début.

« Quand on a vu ce que c’était au départ, qu’on a assisté aux premiers défrichements, et que maintenant on voit la mission de la Maison qui se rode et se perfectionne, ça remplit de fierté. »

Lucie Gauvin, bénévole

Conférence de presse pour le dixième anniversaire de la Maison Marie-Élisabeth.

Maude Parent, journaliste Bell Média

Des nouveautés pour assurer la pérennité

Pour célébrer ses dix ans d’existence, le conseil d’administration relance son programme de dons planifiés.

Chaque année, la Fondation de la Maison Marie-Élisabeth doit recueillir entre 700 000 $ et 900 000 $ afin de poursuivre sa mission.

L’organisme a d’ailleurs reçu un don majeur de 100 000 $ de Nicole Matte, une bénévole, et de son mari Michel Arnac, décédé l’an dernier.

spacer