La région du Bas-Saint-Laurent, une grande oubliée du budget

Harold LeBel 2019

Au lendemain du dépôt du budget du gouvernement de la CAQ, Harold LeBel et Jonathan Laterreur sont sous le choc.

Le député de Rimouski et le directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette (CCIRN) s’expliquent mal que le prolongement de l’autoroute 20 ne figure pas au budget, alors que le premier ministre avait affirmé vouloir tenir son engagement électoral de réinscrire le projet au Plan québécois des infrastructures (PQI).

Ils estiment que la région du Bas-Saint-Laurent est une grande oubliée du budget.

« Une déception? Ça m’a jeté en bas de ma chaise. Je ne comprends pas ce qui s’est passé là, je suis complètement retourné. Si le premier ministre se présente ici et dit des choses sur toutes les tribunes et qu’au final il ne livre pas, il y a un problème. »

Jonathan Laterreur, directeur général de la CCIRN

Jonathan Laterreur accuse le gouvernement caquiste d’être électoraliste et de faire des promesses aux régions pour récolter des votes. « C’est tellement ironique de la part d’un gouvernement qui se disait porteur des régions, et qui accusait les libéraux d’être électoralistes. »

Harold LeBel, est également déçu que le prolongement de la 20 soit absent du budget. Il est persuadé que le projet finira par être inscrit au PQI, mais croit que les délais nuisent au développement économique de la région.

« De ce que je comprends de la rencontre rapide que j’ai eu avec le premier ministre hier, c’est qu’il va respecter son engagement, mais je suis prêt à mettre un deux piasses que ça va être annoncé à la dernière année du mandat avant les élections. Mais chaque année qu’on perd, on ne voit pas le bout de l’affaire, alors je trouve que c’est vraiment dommage. »

Harold LeBel, député de Rimouski

La SOPER avait pris au mot l’engagement de François Legault. Le président, Jean Pouliot, indique avoir orienté les actions de développement de la société de promotion économique de Rimouski en fonction de cette promesse. Il faudra faire un pas en arrière et « recommencer le débat, cogner aux portes et plaider pour cet enjeu important pour l’occupation efficace et efficiente du territoire », indique-t-il dans un communiqué.

Hémodynamie : un refus qui fait mal

Une autre mauvaise nouvelle a été difficile à avaler pour la région. La ministre de la Santé Danielle McCann a refusé la demande du groupe d’élus, de médecins et de citoyens qui plaident pour l’implantation d’un service d’hémodynamie à l’hôpital régional de Rimouski.

Courtoisie PQ

Le député péquiste juge inacceptable que les patients du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie devront continuer de prendre le risque de se déplacer à Québec afin de recevoir des traitements pour des problèmes cardiaques.

« Je ne comprends pas, lance-t-il. Je sens que la ministre est alimentée par des conseillers et des gens à Québec qui sont centralisateurs et qui ne veulent pas envoyer de services en région, comme si Dieu le Père est à Québec. Ça m’horripile. »