« Le même sang coule dans nos veines », l'histoire touchante d'une journaliste dévouée

Le 12 mars 2019, la journaliste pour les stations Rouge et ÉNERGIE au Bas-Saint-Laurent a fait un don de moelle osseuse à un pur inconnu atteint d'une très grave maladie, comme la leucémie.

Maude Parent a très bien compris la notion du don de soi. Le 12 mars 2019, la journaliste pour les stations Rouge et ÉNERGIE au Bas-Saint-Laurent a fait un don de moelle osseuse à un pur inconnu atteint d'une très grave maladie, comme la leucémie.

Un an plus tard, une fois la clause de confidentialité levée, elle raconte son histoire.

En 2014, l'étudiante en journalisme à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) s'inscrit au Registre des donneurs de cellules souches d'Héma-Québec après avoir entendu l'histoire d'un enfant de 12 ans atteint de leucémie.

Fin février, la jeune femme alors âgée de 23 ans reçoit l'appel d'une conseillère de l'organisme qui lui mentionne qu'elle est compatible avec un patient en attente d'une greffe.

Maude accepte. Après s'être soumise à une batterie de test durant deux semaines, elle prend du neupogène. Ce médicament, qu'elle doit s'injecter dans le ventre matin et soir durant cinq jours, stimule la multiplication de cellules souches dans ses os afin de préparer son corps au don.

Le Jour J, Maude se rend à l'hôpital de l'Enfant-Jésus de Québec, accompagnée de sa mère. Elle passe sept heures dans un lit d'hôpital, branchée sur une machine qui filtre son sang à plusieurs reprises.

Le patient reçoit la greffe le même jour et l'intervention est une réussite, malgré quelques complications.

Six mois plus tard, Maude apprend que le receveur n'a plus aucune trace de la maladie. Elle ne connait pas son nom, ni son âge, ni son sexe, mais elle sait que le 12 mars 2019, elle lui a sauvé la vie.

ÉCOUTEZ SON ENTREVUE ICI: