Le projet FARI entre les mains d'un nouveau conseil municipal

Plan du projet de résidence pour aînés du Groupe Fari à Rimouski.

Qu’adviendra-t-il du projet FARI maintenant qu’un nouveau conseil municipal est en poste ?

Précisions d’abord que le dossier de la résidence pour aînés sur la rue des Flandres dans le district de Saint-Pie-X est toujours devant les tribunaux depuis que des opposants ont déposé une injonction en juin dernier afin d’obliger la Ville à tenir un référendum.

Le maire de Rimouski Guy Caron n’a pas voulu commenter le dossier, mais n’exclut pas différentes options. « [Un autre site] demeure une possibilité comme tant d’autres. Pour l’instant, je pense que la volonté est de laisser la procédure judiciaire suivre son cours et de voir par la suite », mentionne-t-il.

La nouvelle conseillère du district, Mélanie Bernier, s’était ouvertement opposée en début de campagne au site choisi pour développer la résidence pour aînés.

« Je ne suis pas contre le projet FARI, mais bien contre l’emplacement choisi. J’avais une opinion par rapport à ce projet parce que j’étais une citoyenne engagée et mobilisée. Présentement, je ne connais pas l’ensemble du dossier, je n’ai pas tous les éléments, mais rapidement je vais prendre connaissance du dossier. »

Mélanie Bernier, conseillère dans le district de Saint-Pie-X

Elle dit également préférer attendre la décision du tribunal avant de s’avancer sur la suite des choses.

Mme Bernier soutient également ne pas avoir appuyé sa campagne sur le dossier FARI. « Je suis une femme engagée et mobilisée, ça fait longtemps que je fais de la politique, souligne-t-elle. […] 1 033 personnes ont voté pour moi. Peut-être que le projet FARI a permis une victoire, mais ce n’est pas la lecture que j’en fais parce qu’on ne m’a pas parlé du projet lors de ma tournée.

Cathédrale de Rimouski : « La Ville doit réintégrer le dossier »

Le maire Caron entend réaliser son engagement électoral d’impliquer la Ville pour dénouer l’impasse dans le dossier de la Cathédrale de Rimouski.

« La Ville s’est éloignée du dossier pendant trois ans et demi. Pour la résolution, pour s’assurer qu’une décision soit prise pour le bien commun, la Ville doit réintégrer le dossier. C’est la raison pour laquelle mon intérêt est de rencontrer les deux parties, soit l’Archevêché et la Fabrique, pour tenter de trouver un terrain d’entente en dehors des tribunaux. Les nouvelles que j’ai vues nous portent à croire qu’il semble y avoir des développements intéressants.