Les limites du district du Bic à Rimouski demeurent les mêmes

Enseigne du district du Bic à Rimouski

La Commission de la représentation électorale (CRE) a tranché : aucun changement ne sera apporté à la carte électorale de la Ville de Rimouski pour 2021.

Suite à une consultation publique menée auprès de citoyens le 21 octobre dernier, la CRE a préféré respecter les communautés naturelles. « La CRE établit que le territoire du district numéro 11 du Bic correspond à celui de la municipalité du Bic telle qu’elle existait avant l’annexion municipale du 16 septembre 2009. Ce district doit donc demeurer distinct », peut-on lire dans un communiqué.

Par sa décision, la Commission reconnaît le sentiment d’appartenance des Bicois à leur quartier et préserve l’identité villageoise. L’éloignement géographique du district a également été pris en considération.

Il va de même pour Sacré-Cœur, où les résidents avaient soulevé des préoccupations.

Initialement, la Ville de Rimouski prévoyait un découpage où le district du Bic aurait englobé une portion du territoire rural de Sacré-Cœur pour rééquilibrer le nombre d’électeurs.

Même si la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités prévoit que l’écart du nombre d’électeurs entre les districts ne doit pas dépasser plus ou moins 15 %, une exception est autorisée pour les districts du Bic et de Sainte-Blandine/Mont-Lebel.

Le Bic comporte 34,4 % moins d’électeurs que la moyenne et Sainte-Blandine/Mont-Lebel près de 26 % moins.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, se réjouit de cette annonce, mais ne cache pas sa surprise.

« On croyait vraiment que la Commission accorderait davantage d’importance à la quantité d’électeurs. C’est pourquoi on avait fait une proposition de compromis, mais qui nécessitait quand même une exception. Mais, somme toute, la décision a été rendue et les exceptions sont maintenues et c’est très important au niveau de l’impact social. »

Marc Parent, maire de Rimouski

Plus de 260 municipalités québécoises se sont adonnées à l’exercice de découpage du territoire en vue des élections du 7 novembre 2021. Cette procédure administrative a lieu tous les quatre ans pour les municipalités de plus de 20 000 habitants.

POUR ÉCOUTER L'ENTREVUE INTÉGRALE, CLIQUEZ ICI

La conseillère du district du Bic, Virginie Proulx, qualifie la décision de la CRE de « grande victoire pour les citoyens et la démocratie ». Le projet de compromis proposé par la Ville avait auparavant soulevé l’indignation de plusieurs citoyens du Bic et de Sacré-Cœur. « Une promesse avait été faite à l’époque de la fusion que le district resterait toujours intact et il y avait une impression de promesse brisée », précise-t-elle.

Elle indique que la procédure ayant mené au statu quo témoigne de l’importance de la consultation.

« La leçon qu’on doit tirer de ça, c’est que quand on veut faire de grands changements, c’est important de consulter les citoyens en amont, de travailler avec eux sur une solution, alors que là, ça leur a été imposé. On voit que ça vaut la peine d’aller jusqu’au bout de ses convictions et de ne pas lâcher quand on pense que les choses devraient être faites autrement. »

Virginie Proulx, conseillère du district du Bic

spacer