Palier orange : un passage « utile et nécessaire »

Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc lors d'un point de presse.

Le passage du Bas-Saint-Laurent au niveau orange est « utile et nécessaire » selon le directeur régional de santé publique, alors que 250 cas de COVID-19 ont été déclarés dans le dernier mois dans la région et que des milieux vulnérables ont été touchés.

Le Dr Sylvain Leduc a fait le point mardi après-midi pour préciser les différentes contraintes et les objectifs reliés à ce changement de palier.

Même si le nombre de nouveaux cas quotidiens semble s’être stabilisé dans les derniers jours, le Dr Leduc signale qu’il est normal pour le Bas-Saint-Laurent de resserrer ses mesures puisqu’il est entouré de régions où la situation semble moins sous contrôle.

Il mentionne que le Bas-Saint-Laurent ne subit pas les contrecoups des autres régions, car l’ensemble de la province est maintenant touché.

« Géographiquement, le Bas-Saint-Laurent est situé entre Chaudière-Appalaches, qui est une région passée au rouge, et la Gaspésie qui connaît depuis quelques jours une montée des cas assez importante. Et le virus circule encore beaucoup sur certaines parties de notre territoire. Je pense qu’en étant dans cette zone orange là, ça nous permettra de faire une mobilisation des troupes plus efficace. »

Dr Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

Parmi les contraintes qui entreront en vigueur jeudi, notons les rassemblements privés limités à six personnes et les rassemblements publics intérieurs et extérieurs de 25 personnes.

Les restaurants demeureront ouverts, mais les tables seront limitées à un maximum de six personnes de deux familles. Les bars devront cesser de servir de l’alcool à 23 h.

Les mesures de vigilance sont également rehaussées dans les milieux de vie comme le CHSLD où seuls les visites humanitaires et les proches aidants seront autorisés.

Le premier ministre Legault confirme que le grand Montréal, la Capitale-Nationale et la région de Chaudière-Appalaches passent au palier rouge. Ce niveau d'alerte maximale vient avec une série de mesures en place du 1er au 28 octobre.

Gouvernement du Québec

Le Dr Leduc considère ces mesures comme un « coup de barre » qui permettra de réduire la transmission communautaire. « Ce que l’on veut faire c’est de garder nos écoles ouvertes, de garder nos commerces ouverts, de garder notre système de soins de santé capable de répondre à tous les besoins y compris quand arrivera la saison de la grippe », souligne-t-il.

La COVID-19 a fait six nouveaux cas au Bas-Saint-Laurent dans les 24 dernières heures, portant le total des infections à 328, dont trois décès.

spacer