Redécoupage électoral: un statu quo impossible

Enseigne du district du Bic à Rimouski

La Ville de Rimouski a déposé son projet de règlement concernant le redécoupage des districts électoraux afin d'équilibrer le nombre de citoyens représentés par les conseillers municipaux.

Selon le conseiller du district de Nazareth, Rodrigue Joncas, il est irréaliste pour les élus de demander à nouveau le statu quo.

La démarche administrative, qui a lieu tous les quatre ans, relève d’une exigence du ministère des Affaires municipales. Québec demande que l’écart du nombre d’électeurs assignés à chaque conseiller municipal n’excède pas 15 %.

Or, en 2016, lors du précédent découpage du territoire, la Ville s’est vue accorder deux exceptions, soit pour Sainte-Blandine/Mont-Lebel et le Bic. Ces deux districts affichent respectivement 38 % et 32,7 % moins d’électeurs que la moyenne.

Avec l’évolution de la population dans les différents quartiers, le conseil municipal devrait demander une exception pour cinq districts plutôt que deux si le découpage demeure inchangé. Rimouski-Est, Saint-Robert et Saint-Pie-X s’ajouteraient à la liste. Rodrigue Joncas affirme que le ministère ne sera pas en mesure d’accepter une telle demande.

« On ne se fait pas d’illusion, on est rendu au bout de l’élastique »

Rodrigue Joncas, conseiller du district de Nazareth

Le projet de règlement vise plutôt à réduire l’écart à 2,3 % plus d’électeurs que la moyenne pour Sainte-Blandine/Mont-Lebel et 12,8 % moins pour le Bic.

Alors que plusieurs citoyens soulèvent des préoccupations concernant l’appellation des districts, notamment celui du Bic, le conseiller de Nazareth indique que les élus souhaitent maintenir les noms en fonction des quartiers, et pas seulement un numéro.

Consultation publique

Le maire de Rimouski confirme que la procédure écrite pour la consultation publique continue de s’appliquer malgré l’annonce du ministère des Affaires municipales, qui permet maintenant aux conseils municipaux de recommencer à tenir des séances publiques.

Séance ordinaire du conseil municipal à Rimouski

Maude Parent, journaliste Bell Média

Marc Parent indique que pour l’instant, la configuration de la salle du conseil ne permet pas aux élus d’être tous assis autour de la table tout en respectant la distance de deux mètres. « L’administration municipale a été mandatée pour trouver une solution pour pouvoir être tous réunis », mentionne-t-il.

Le nombre requis de 245 oppositions a été largement dépassé pour permettre la tenue d’une consultation publique dans le dossier du redécoupage électoral. Les citoyens pourront donc communiquer leurs préoccupations à la Ville.