Séquestration à Sainte-Angèle-de-Mérici: Marie-Jeanne Côté est remise en liberté

Après trois ans, vendredi sera la dernière journée d'opération au palais de justice temporaire de Rimouski.

La femme de Trois-Rivières accusée dans un dossier de séquestration à Sainte-Angèle-de-Mérici dans le Bas-Saint-Laurent est remise en liberté pour la durée des procédures.

La juge Andrée St-Pierre a cependant imposé plusieurs conditions à Marie-Jeanne Côté jeudi au palais de justice de Rimouski.

Il lui est notamment interdit d’héberger qui que ce soit à son domicile de Trois-Rivières ou dans tout autre lieu sous son contrôle. Elle ne pourra pas non plus travailler ou être bénévole dans un endroit où elle se trouverait dans une situation de confiance ou d’autorité envers des personnes vulnérables. Il lui est également interdit d’avoir en sa possession tout document bancaire portant un nom autre que le sien.

L’accusée sera de retour devant le tribunal le 21 décembre au palais de justice de Mont-Joli pour l’étape de l’orientation du dossier.

Marie-Jeanne Côté, 57 ans, et son conjoint Guy Boileau, 58 ans, ont été arrêtés le 22 septembre relativement à des accusations de séquestration, d’extorsion, de menaces et de négligence criminelle. Les événements reprochés se seraient produits entre 2013 et 2014 à Sainte-Angèle-de-Mérici à l’endroit d’une personne vulnérable alors d’âge adulte.

Le couple est également accusé dans un second dossier d’avoir séquestré deux personnes âgées dans le sous-sol de leur demeure à Trois-Rivières entre 2014 et 2018.