Sites de réservation: un « mal nécessaire », selon une hôtelière d'Amqui

Expedia

L'utilisation des sites de réservation en ligne est un « mal nécessaire » pour plusieurs hôteliers du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Même si elles sont utiles pour promouvoir leurs établissements, les plateformes telles que Booking.com ou Expedia peuvent être très gourmandes, selon la directrice générale de L'Auberge l'Ambassadeur à Amqui, Geneviève Barrette.

Elle admet devoir payer entre 15 % et 18 % en commission pour chaque réservation effectuée sur ces sites.

« 15 % de 100 $ on s’entend que c’est quand même 15 $. En réalité, j’ai loué ma chambre 85 $, je ne l’ai pas louée 100 $. C’est sûr que c’est élevé parce que j’ai des frais fixes et des salaires à payer là-dessus. On n’a pas le choix de faire partie de ça parce que sinon on va passer à côté de l’occasion. »

Geneviève Barrette, directrice générale de L'Auberge l'Ambassadeur

Des clients de plus en plus exigeants

Par ailleurs, la directrice générale doit jongler avec une clientèle plus pointilleuse qu'à l'habitude en raison de la COVID-19. Certains clients ont demandé à ce qu'il se passe 72 heures d'inoccupation dans leur chambre avant d'en prendre possession.

« C’est arrivé quelques fois. On peut les compter sur les doigts d’une main. Le dossier de la CNESST dit que c’est juste trois heures. Du moment que les gens quittent, trois heures après on peut faire le ménage. »

Geneviève Barrette, directrice générale de L'Auberge l'Ambassadeur

spacer