Tourisme en Gaspésie: le PQ demande une intervention de Québec

Cap d'Espoir en Gaspésie

Le Parti Québécois demande l’aide du gouvernement Legault afin d’intervenir auprès des touristes incontrôlables en Gaspésie.

La députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, fait un appel à la civilité, alors que plusieurs vacanciers s’adonnent au camping sauvage.

Cette pratique occasionne des problèmes de salubrité, alors que des déchets sont laissés sur des plages. La députée péquiste dénonce également des enjeux de cohabitation avec les citoyens de la région et estime que les mesures de distanciation physique deviennent difficiles à respecter.

Méganne Perry Mélançon demande à Québec de dégager un budget spécial afin de déployer davantage de patrouilleurs de la Sûreté du Québec sur le territoire gaspésien. L’argent pourrait également permettre aux municipalités d’embaucher plus d’agents de sécurité pour que les plages fassent l’objet d’une surveillance accrue.

 « Même si beaucoup de touristes respectent bien le territoire de la Gaspésie lorsqu’ils sont en visite, on voit qu’il y a un type de clientèle qui dérange et s’il n’y a pas d’intervention directe et rapide, le problème va perdurer jusqu’à la fin de la saison. »

Méganne Perry Mélançon, députée de Gaspé

L’élue a finalement demandé une visite de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, sur le territoire gaspésien. « Encore aujourd’hui, elle nous a dit en point de presse que la situation était sous contrôle. Je pense qu’on n’a pas les mêmes informations, parce qu’il y a des résidents qui m’ont contactée au cours de la fin de semaine pour me dire que, malgré les efforts mis en place, on a malheureusement encore des débordements et des gens qui font du grabuge sur les plages publiques. »

Lors de la conférence de presse pour faire le point sur la COVID-19, lundi, la vice-première ministre a affirmé que le gouvernement est proactif pour soutenir la Ville de Gaspé. Geneviève Guilbault a toutefois mentionné que ce laisser-aller a été remarqué auprès d’une minorité de visiteurs.

« Je trouve que ça brise le cœur de voir des images comme on a vu de gens qui laissent des déchets. Je demande à la minorité, encore une fois c’est une minorité, de gens qui, disons, se sont laissés aller de manière un peu excessive, de faire preuve de civisme et de respect. »

Geneviève Guilbault, vice-première ministre