Un déconfinement parsemé d'embûches pour les entreprises rimouskoises

Rue Saint-Germain à Rimouski l'hiver

Le Bas-Saint-Laurent étant la région la moins touchée par la pandémie, difficile d’être en désaccord avec une reprise économique, selon la Ville de Rimouski et la SOPER. Néanmoins, plusieurs commerces et entreprises devront faire face à de nombreux défis liés à la réouverture.

200 dossiers ont été soumis à la SOPER pour des demandes d’aide totalisant 2 M$.

Se basant sur des sondages, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a indiqué dès le début de la crise que 25 % des entreprises croient être incapables de passer au travers si leur revenu diminuait de 50 % sur une période d’un mois.

« C’est ce combat-là qu’on essaie de mener avec les entreprises de Rimouski pour s’assurer de battre ces pronostics. »

Martin Beaulieu, directeur général de la SOPER

La SOPER espère venir en aide au plus grand nombre de commerçants possibles. Les programmes d’aide gouvernementaux sont larges, mais ne sont pas destinés à celles qui étaient déjà en difficulté financière avant la pandémie. « Ce n’est pas un programme de sauvetage de l’ensemble des entreprises, c’est un programme de compensation pour les problèmes reliés à la COVID-19 », mentionne le directeur général.

Difficile d’estimer combien d’entrepreneurs devront mettre la clé sous la porte à Rimouski, selon Martin Beaulieu, puisqu’on se sait pas pour l’instant quels services ouvriront en premier, ni combien de temps durera la crise.

Il croit cependant que les entreprises les plus touchées sont celles qui dépendent d’un flux constant de clients comme les restaurants et les salons de coiffure. « Ce qui alimente ces commerces c’est des clients qui passent la porte tous les jours ».

Selon l’Association Restauration Québec, un restaurateur indépendant sur deux dans la province pourrait ne jamais rouvrir après la crise.

Des entreprises de la région ont mis en place des services et des offres spéciales pour vous aider à mieux traverser la crise. Encouragez vos marchands locaux en visitant notre section spéciale Achetez Local.

Les entreprises devront se réinventer

Les mesures de distanciation sociale, qui seront en vigueur pendant plusieurs mois jusqu’à l’arrivée d’un vaccin, auront un impact important sur les commerces qui devront revoir leur modèle d’affaires. Les restaurants, par exemple, ne pourront pas avoir de salle à manger pleine. La gestion des clients devra être revue en fonction des directives gouvernementales.

Martin Beaulieu explique que le redémarrage de l’économie sera progressif. « Certaines entreprises vont attendre avant d’ouvrir pour évaluer le déploiement du nombre de clients afin limiter les pertes. »

« Par exemple, si tous les salons de coiffure rouvrent la même journée, mais que personne ne va se faire couper les cheveux, le risque augmente puisqu’ils commencent à dépenser de l’argent pour opérer. »

Martin Beaulieu, directeur général de la SOPER

Beaucoup de gens de l’extérieur consomment à Rimouski. Le tourisme joue un rôle important sur le revenu des commerçants. Avec la fermeture de la région, plusieurs devront se réajuster. Le maire de Rimouski encourage donc l’achat local et espère que les activités économiques pourront reprendre prochainement. « Il faut s’assurer que la Ville de Rimouski demeure dynamique et qu’il y a des magasins ouverts lorsqu’on se promène en ville. »

spacer