Un grand manque de respect et une claque au visage des régions

Aéroport Mont-Joli

Bien drôle de façon de célébrer la fête du Canada dans la région.

Air Canada annonce la fin définitive de tous ses vols régionaux incluant bien sûr les vols quotidiens de l'aéroport régional de Mont-Joli.

La compagnie explique sa décision par la faiblesse de la demande tant pour le marché d'affaires que du loisir en raison de la pandémie.

La décision touche également les liaisons de Sept-Îles, Baie-Comeau et Gaspé.

Pour la directrice générale de l'aéroport de Mont-Joli, il s'agit d'une décision qui aura des conséquences graves pour le développement des régions.

« On vient de voir disparaître environ de 30 à 33 % de nos revenus à l'aéroport mais au niveau des citoyens, ce qui est ma grande priorité, on voit disparaître toutes les possibilités de connections tant pour Toronto, l'Ouest Canadien, les États-Unis ou l'Europe, on vient carrément d'isoler une région. »

Chantal Duchesne, directrice générale de l'aéroport de Mont-Joli.

Le président de la régie de l'aéroport de Mont-Joli n'hésite pas à parler d'une catastrophe et d'un très grand manque de respect de la part d'Air Canada.

« Sans avertissement, on l'apprend comme tout le monde dans un communiqué de presse, ce qui est triste pour une relation d'affaires, je m'attends au minimum de respect d'un partenaire lors d'une annonce comme celle-là. »

Bruno Paradis, président de la régie intermunicipale de l'aéroport

Bruno Paradis, préfet de la MRC de La Mitis et maire de Price.

Bruno Paradis, préfet de la MRC de La Mitis et maire de Price.

Monsieur Paradis souhaite que d'autres compagnies remplissent rapidement le vidé créé par Air Canada, ironiquement, à quelques heures à peine de la Fête du Canada. 

Il ajoute que si Air Canada pensait que sa décision passerait inaperçue en raison du congé de la Fête du Canada, la compagnie est carrément dans le champ.

spacer