Un rapport accablant suite à des plaintes à la Résidence des Bâtisseurs de Matane

Aines (iStock.com Sanjagrujic)

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent rend public un rapport d’enquête accablant qui dévoile des lacunes à la Résidence des Bâtisseurs de Matane.

L’enquête, menée en septembre et octobre 2020, a été déclenchée suite à de nombreuses plaintes de la part d’usagers de la ressource intermédiaire et de membres de leur famille concernant des problématiques de mauvais traitements.

Le CISSS a d’abord refusé de rendre le rapport public, puis a été forcé de le faire par la ministre des Aînés Marguerite Blais.

Le document soulève le manque d’entretien des lieux, une négligence au niveau de l’hygiène des personnes en perte d’autonomie, des vêtements sales, une mauvaise administration des médicaments et des soins.

Plusieurs usagers ont également été victimes de mauvais traitements, dont des gestes brusques et grossiers de la part d’employés. Le rapport dénonce le délai de réponse trop long lorsque des usagers ont besoin d’assistance.

Rapport d'enquête sur la Résidence des Bâtisseurs de Matane

Rapport d'enquête sur la Résidence des Bâtisseurs de Matane

La commissaire aux plaintes et à la qualité des services du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Stéphanie Bush, avait préalablement déposé un rapport le 4 juillet 2019 concluant que « les droits des usagers ne sont pas respectés ». Un Plan de collaboration – correction d’écarts avait pourtant été déposé pour corriger certaines lacunes. Malgré tout « des éléments préoccupants relativement à la sécurité des usagers et à la qualité des services qui leur sont rendus demeurent. »

Un plan de redressement est par la suite déposé à la ressource. Les problématiques sont à nouveau dénoncées en août 2020, menant un mois plus tard à une enquête administrative réalisée par les travailleuses sociales Sylvie Gravel et Hélène Beaudoin.

Elles ont interrogé plusieurs usagers, leurs proches ainsi que des employés actuels et antérieurs.

Le rapport mentionne « qu’en raison du manque de personnel, les soins d’hygiène complets ne se donnent pas une fois par semaine, tel qu’il est prévu à l’horaire du bain. »

« Au moins quatre autres familles se sont plaintes de l’hygiène négligée de leur proche, dont une qui souligne que son proche est souvent souillé de selles. De plus, lors de nos visites, il fut observé que les ongles de cinq usagers étaient longs et sales. »

Extrait du rapport

Des usagers sont oubliés sur la toilette pour une période pouvant aller jusqu’à deux heures, un autre raconte avoir été laissé au sol pendant 30 minutes suite à une chute.

Les enquêtrices indiquent avoir observé qu’un usager nécessitant une surveillance accrue pendant les repas en raison d’un risque d’étouffement « prend son repas seul à sa chambre ».

Ce n'est qu'un bref coup d'oeil aux constats soulevés dans le rapport. Le CISSS du Bas-Saint-Laurent confirme cependant que les recommandations ont été appliquées et que des correctifs ont été apportés.

Apporter des correctifs

« L’ajout de personnel est l’un des premiers éléments qui ont été corrigés, explique le directeur de la qualité au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Gino Beaudoin. Il y a eu une grande amélioration en termes de collaboration entre les Bâtisseurs et le CISSS du Bas-Saint-Laurent. Les éléments où on questionnait la sécurité et qui étaient prioritaires, comme les cloches d’appel, ont été comblés. »

 Il reste tout de même quelques éléments à corriger dans les prochaines semaines, ajoute M. Beaudoin. La formation des employés et l’implantation de nouvelles pratiques de travail font partie des lacunes qui doivent encore être rectifiées pour pérenniser les ajustements. « Il y a un tour de roue de fait, mais les Bâtisseurs doivent maintenir leurs engagements et leurs efforts pour continuer d’améliorer l’offre de service. »

Le PDG du Groupe des Bâtisseurs, Sébastien Gauthier, a reconnu les écarts à la ressource intermédiaire de Matane et a formulé des excuses par voie de communiqué.

« Clairement, pendant une période, les services prodigués à l’unité RI de notre résidence de Matane n’ont pas été à la hauteur de nos standards en matière de soins offerts à nos résidents. J’en suis profondément désolé. »

Sébastien Gauthier, PDG du Groupe des Bâtisseurs