Un Rimouskois lance un jeu pour les appareils mobiles

Dominic Marcotte, son chien et le jeu qu'il a créé.

Dominic Marcotte est père au foyer depuis la première vague de la COVID-19. Il a décidé de créer un jeu pour les appareils mobiles comme passe-temps.

Celui qui œuvre dans le domaine des effets visuels s’est retrouvé à court de contrats en raison de la pandémie. Entre les siestes de son garçon, le ménage et la préparation des repas, il a décidé de développer le jeu S&R Molly, disponible sur les appareils Apple et Android.

« J’avais toujours rêvé de faire un jeu par moi-même, raconte-t-il. Je me suis lancé tranquillement en février et mars dernier. Ça s’est développé et maintenant il est disponible alors je suis vraiment fier. »

L’idée a germé il y a quelques années alors qu’il promenait son chien, un pug. Le jeu illustre l’animal en 2D, à l’image d’une bande dessinée, qui doit attraper des pissenlits en évitant des obstacles. « La caméra et le chien avancent tout le temps au même rythme, donc tu ne peux pas reculer ou avancer par toi-même, explique Dominic Marcotte. Il y a des trous, des pissenlits jaunes et blancs et des fleurs monstres qu’il faut éviter sinon tu meurs. En sautant par-dessus les trous et en ramassant des fleurs blanches tu cumules des points. »

Le jeu est disponible dès maintenant en version abrégée gratuite et sans publicité, alors que la version complète, vendue au coût de 1 $, sera accessible le premier janvier. Il est possible de la précommander.  

« C’est un gros challenge. En faisant des effets visuels, je suis habitué avec le dessin, l’animation et les logiciels. Mais comment le mettre sur Apple ou Android, c’est une autre histoire ! Je dois me créer des comptes de développeur sur leur site internet, je dois leur envoyer mon jeu pour qu’ils regardent si tout est correct et apporter des corrections, c’est quand même un long processus. »

Dominic Marcotte, créateur du jeu S&R Molly

L’ancien co-propriétaire de l’entreprise La Société jeux d’évasion de Rimouski travaille seul sur ce projet, dont l’aboutissement lui a donné la motivation de pousser sa créativité plus loin.

Il compte maintenant mettre sur pied deux autres applications, l’une éducative pour que les enfants puissent apprendre les formes géométriques, et une autre à vocation régionale pour découvrir le Bas-Saint-Laurent. Dominic Marcotte dit se donner un an pour développer ce dernier.

 

spacer