Une cinquième présumée victime témoigne au procès de Patrick Chénard

Palais de justice de Rimouski

Témoignage d'une cinquième présumée victime au jour 6 du procès du massothérapeute rimouskois Patrick Chénard.

La défense a procédé au contre-interrogatoire de la plaignante, lundi, au palais de justice de Rimouski.

La femme consultait initialement l'accusé pour des douleurs chroniques au bas du dos et avait accepté une offre de trois massages de détente pour 30 $ chacun.

Elle raconte que l'homme de 28 ans lui a touché les parties génitales lors de la deuxième séance de massage, mais admet que ses souvenirs sont confus sur le déroulement précis.

La cour a procédé au visionnement de sa déclaration vidéo en novembre 2018, où elle précise que le massothérapeute a effleuré ses parties génitales alors qu'elle était étendue sur le dos. L'avocat de la défense, Me Yves Desaulniers, tente de soulever des contradictions entre son témoignage et sa déclaration vidéo. 

Elle indique que tout se bousculait dans sa tête au moment de sa déclaration, mais dit ne pas avoir oublié comment elle s'est sentie. La plaignante se souvient qu'elle ne comprenait pas pourquoi Patrick Chénard la massait très près de ses parties génitales qu'elle était mal à l'aise.

Patrick Chénard fait face à 11 chefs d'accusation d'agression sexuelle sur autant de présumées victimes pour des gestes survenus en 2015 à Trois-Rivières et de 2016 à 2018 à Rimouski.

Avec la collaboration de Martin Brassard, journaliste Bell Média.

spacer