Une mère de Rimouski lance un cri du coeur aux élus concernant le manque de places en garderies

Garderie (iStock.com Nadezhda1906)

Une mère de deux jeunes enfants dénonce le manque criant de places en garderies à Rimouski.

En congé parental jusqu’au premier mars, Anne Marie Pineault a adressé une lettre au député Harold LeBel et au maire Marc Parent concernant le nombre de plus en plus important de parents désespérés de trouver une place en service de garde pour leur enfant.

« En fait, je recommence à travailler officiellement demain, mais ce n’est pas possible. Mon employeur m’a permis d’allonger mon congé d’un mois vu la situation. »

Anne Marie Pineault

Inscrite sur la Place 0-5 ans depuis sa grossesse, elle précise que tous ses efforts et démarches n’ont donné aucun résultat jusqu’ici. La mère de deux fillettes a interpellé son réseau, fait des recherches, a appelé un à un chaque service de garde, s’est présentée en personne. Des efforts qui se sont révélés vains, puisqu’elle est toujours incapable d’obtenir une place pour sa fille âgée de 10 mois.

« Ça fait 10 mois que je cherche intensément, sans relâche, et je n’arrive pas à trouver. C’est désespérant parce que ça fait 10 mois que je cherche, et maintenant j’ai un mois pour trouver », s’inquiète-t-elle.

Elle ajoute que le problème s’accentue avec plusieurs départs et un manque total de relève dans les garderies accréditées en milieu familial.

Après avoir partagé sa lettre sur Facebook, Anne Marie Pineault a reçu une vague de soutien et de commentaires de parents vivant une situation semblable.

« C’était vraiment un geste désespéré, c’est un cri du cœur. Je reçois des centaines de témoignages de parents qui vivent la même chose, c’est à ce moment-là que j’ai réalisé l’ampleur du problème, il faut absolument faire quelque chose. »

Anne Marie Pineault

Elle a donc décidé de créer la page Facebook, « Parents de Rimouski sans garderie, trouvons une solution ». La page compte déjà plus de 150 membres et vise à réunir les parents rimouskois qui souhaitent entreprendre des actions pour tenter de faire bouger les choses.

Plusieurs confient vivre des moments de stress intense. D’autres indiquent que la date du retour au travail approche et qu’il n’est pas envisageable de vivre à un seul salaire, ce qui ajoute un facteur de stress. Faute d'avoir trouvé une place à Rimouski, une mère raconte que son enfant a été admis dans une garderie d'une autre municipalité, ce qui l'oblige à faire plus d'une heure de route par jour pour ses déplacements entre son logement, la garderie et son travail.

Une réponse du député

Le député de Rimouski a répondu au cri de cœur d’Anne Marie Pineault. Harold LeBel invite les parents avec leurs enfants et les élus à une activité de mobilisation pour exprimer au gouvernement que les besoins sont criants. Cette mobilisation se tiendra le 14 février à 13 h 30 à la Maison des familles Rimouski-Neigette.

Le député de Rimouski, Harold LeBel.

Maude Parent, journaliste Bell Média | Harold LeBel, député de Rimouski

Une courte vidéo sera tournée et les parents intéressés sont invités à remettre une lettre qui témoigne des difficultés rencontrées. Chacune des lettres sera transmise au ministre de la Famille.

Avec la collaboration de Martin Brassard, journaliste Bell Média