Usine d’asphalte à Sacré-Cœur : Rimouski ne bronche pas

Marc Parent, maire de Rimouski, et Anne Barrette, directrice de l'urbanisme à la Ville de Rimouski

La Ville de Rimouski reste sur sa position dans le dossier de l’implantation d’une usine temporaire de béton bitumineux dans le district Sacré-Cœur.

Le maire donne toutefois raison au regroupement de résidents du chemin de Lausanne concernant l’adoption du règlement permettant une telle installation dans le secteur.

Contrairement aux prétentions de la Ville, le règlement est officiel depuis 2014 plutôt que depuis 1986.

Cette précision ne change rien au fait que si la compagnie Sintra obtient le contrat pour l’asphaltage de l’autoroute 20, elle pourra légalement installer son usine dans le secteur du chemin de Lausanne.

La manifestation des 25 citoyens du secteur, mercredi, devant le bureau du député Harold Lebel n’aura pas d’impact, du moins au plan légal.

Marc Parent parle de possibles alternatives sans toutefois promettre une solution.

« On a offert à Sintra de travailler vers une relocalisation dans le parc industriel, mais encore une fois, il faut se rappeler que la décision revient à Sintra parce que nous n’avons pas la capacité à les obliger. »

Marc Parent, maire de Rimouski

Rappelons que la demande en asphalte du ministère des Transports et de la Ville de Rimouski sera nettement à la hausse pour les prochaines années, principalement en raison du repavage de l’autoroute 20.

 

spacer