Virginie Proulx a été exclue des comités pléniers

Le conseil municipal du 18 février 2019.

La conseillère du district du Bic n’est plus en mesure de prendre part aux discussions et aux débats qui ont lieu durant les comités pléniers depuis le 11 mai.

Selon le maire suppléant et conseiller du district de Nazareth, Rodrigue Joncas, plusieurs membres du conseil remettaient en cause le lien de confiance avec cette dernière suite à différents incidents. Certains la soupçonnaient de ne pas préserver la confidentialité des discussions.

« De façon majoritaire, plusieurs ne voulaient plus travailler avec elle suite à un bris de confiance. C’est l’initiative des membres du conseil. On s’est donné un code d’éthique autour de la table des élus qui était visiblement difficile à tenir pour Virginie [Proulx]. »

Rodrigue Joncas, maire suppléant et conseiller du district de Nazareth

Après s’être soumis à un vote majoritaire, les conseillers municipaux ont demandé au maire Marc Parent d’exclure Virginie Proulx des comités pléniers pour une durée indéterminée.

Ce dernier indique que ces rencontres ne constituent pas des entités légales et que la demande des élus a été acceptée après des vérifications. « On se retrouvait dans une situation où plusieurs conseillers ne voulaient pas participer aux pléniers tant et aussi longtemps qu’elle était là », explique le maire Parent.

La conseillère du Bic a pour sa part martelé qu’elle n’avait pas la même vision de la démocratie que ses collègues. Elle dénonce que l’opposition soit mal vue autour de la table et que les décisions soient principalement votées à l’unanimité.

« On a eu des échanges assez musclés depuis le début du conseil. Je disais ce que je pensais et ça dérangerait. On m’a exclue comme si j’étais de l’opposition plutôt que de régler les problèmes de démocratie. »

Virginie Proulx, conseillère du district du Bic

Ses absences aux comités pléniers n’auront toutefois pas d’impact sur son travail. Mme Proulx continuera de représenter les citoyens de son district et d’avoir accès à toute l’information et la documentation relatives aux différents dossiers. Elle ne pourra cependant pas assister aux échanges et aux débats. « Ce n’est pas ce que je souhaitais, mais ça m’évite d’être dans une situation où je pourrais être victime de tentatives d’intimidation, souligne-t-elle. Ça me donne plus de liberté. »

Une sortie dans les médias sociaux

Deux jours plus tard, Virginie Proulx effectuait une sortie sur les réseaux sociaux pour exprimer son désaccord envers la position du maire au sujet de la levée des contrôles routiers dans la région. « Je trouvais ça choquant de voir qu’elle est sortie dans les médias après avoir été exclue, affirme Rodrigue Joncas. On a trouvé ça particulier, il y avait beaucoup de mépris et on dirait que c’était un type de vengeance envers Marc [Parent]. »

L’élue a plutôt répliqué que sa position lui donne maintenant l’occasion d’exprimer plus librement son opposition. « Le seul lien que la situation a avec ma sortie, c’est que j’ai maintenant la liberté de le faire. Si j’avais fait ça en étant toujours aux comités pléniers, ça se serait mal passé. »