Bas niveau du lac: la centrale Isle-Maligne tournait au ralenti cet été

Plage lac Saint-Jean

Le bas niveau du lac Saint-Jean a forcé Rio Tinto à faire fonctionner sa centrale Isle-Maligne d'Alma aux deux tiers de sa capacité pendant une bonne partie de l'été. C'est ce qu'on apprend dans le bilan de la situation hydrique de l'été publié hier par la multinationale.

Selon les explications de l'hydrologue Bruno Larouche, huit groupes de turbines sur 12 fonctionnaient à la centrale presque tout l'été.

Rio Tinto a ainsi réduit certaines de ses charges à l'interne, notamment à Vaudreuil, où des bouilloires ont été diminuées. M. Larouche souligne également que l'entreprise a maximisé ses contrats d'importations avec Hydro-Québec.

«Ce qu'on vise nous c'est d'alimenter nos alumineries pour les prochains mois. Nous ça ne fait pas notre affaire que le lac soit bas comme ça en termes de production hydroélectrique et on est conscient que ça a des impacts sur le milieu, donc on essaie de minimiser ces impacts.» - Bruno Larouche, hydrologue

Actuellement, le niveau du lac Saint-Jean est en augmentation depuis six jours et la progression devrait se poursuivre pour les trois prochaines journées. La pluie tombée au cours de la dernière semaine a augmenté le débit des rivières.

Rio Tinto prévoit qu'il sera à 12,89 pieds jeudi, ce qui est encore sous le seuil de 14 pieds exigé par le décret gouvernemental.

Rappelons qu'en juin et en juillet, les apports en eau ont été les quatrièmes moins élevés depuis 1953.

Avec la collaboration de Carolyne Labrie

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!