Climat malsain à Saint-Ambroise : le maire interpelle les citoyens

Microphone

Une autre employée municipale de Saint-Ambroise vient de remettre sa démission. L'inspectrice municipale s'ajoute donc à la longue liste de départs depuis un an, à commencer par l'ancienne mairesse Monique Gagnon ainsi que deux conseillers municipaux, le directeur général et le directeur des travaux publics.

Le maire de Saint-Ambroise, Deny Tremblay n'aime pas du tout ce qui se passe entre les murs de l'hôtel de ville, mais pas question pour lui de baisser les bras. Très conscient du climat malsain qui perdure dans sa municipalité, il avoue que sur six conseillers, quatre sont continuellement en désaccord avec lui.

 

« Il faut être réaliste, ça ne va pas mieux que l'an dernier. Les trois quarts des gens sont partis depuis un an. Mais j'ai été élu avec une forte majorité et les gens m'ont fait confiance pour régler la situation donc je ne lâche pas. Saint-Ambroise mérite mieux que ça, il faut régler le problème. » - Deny Tremblay, maire de Saint-Ambroise.

 

Quoi faire de plus alors pour tenter de régler le problème ? Deny Tremblay croit que les citoyens doivent se présenter aux séances mensuelles et poser des questions.

 

« On a essayé avec le ministère des Affaires municipales et ça n'a rien réglé. J'espère que les gens vont venir aux réunions du conseil et poser des questions. Qu'ils voient ce qui se passe. C'est ça qu'il faut. En plus ça devient compliqué de trouver de nouveaux employés. Il faudra faire une restructuration à l'interne. »

 

La prochaine réunion du conseil municipal est le 18 novembre.

Départs en raison du climat malsain

En mars dernier, la mairesse Monique Gagnon avait annoncé son départ dans une lettre aux médias citant des raisons personnelles, mais  « l’atmosphère malsaine et le manque de respect autour de la table du conseil municipal. »

Un mois plus tard, le conseiller Richard Labbée démissionnait aussi. Dans une lettre lue à la séance du conseil municipal, il a dit « quitter en raison des rôles et pouvoirs des élus qui ne sont pas bien compris ce qui complique les débats entre échevins. »