Conseil municipal de Saguenay: le ton a monté

Hôtel de ville de Saguenay

Le ton a monté mardi soir au conseil de Ville de Saguenay entre un citoyen et la mairesse de Saguenay.

Lors du dernier conseil, Jimmy Voyer avait demandé des comptes pour l'asphaltage fait autour de la résidence de Josée Néron et s'est montré arrogant, selon des conseillers. La mairesse s'était justifiée, mentionnant que c'est un dossier d'arrondissement sur lequel elle n'a aucun pouvoir.

Mais Jimmy Voyer est revenu à la charge hier soir, entre autres, pour demander s'il allait bientôt recevoir sa mise en demeure et dire aux gens qu'ils pouvaient tous être poursuivis s'ils posaient des questions déplaisantes.

L'Union des municipalités du Québec envisage effectivement d'intenter un recours contre lui pour des propos jugés diffamatoires. Le conseiller Jean-Marc Crevier et la mairesse sont intervenus.

« Avec l'arrogance et l'impolitesse que vous aviez, les policiers auraient dû vous sortir. » - Jean-Marc Crevier

 « Si vous n'êtes pas capable de vous comporter de façon respectueuse, je vais vous demander de quitter la salle, c'est clair? Ce genre de comportement c'est inacceptable. Vous essayez de salir les gens, ce qu'on me dit c'est que c'est Ghislain Harvey qui vous alimente. J'espère qu'il profite bien de son régime de pension généreux que l'ancienne gouvernance lui a voté. » - Josée Néron

Selon la mairesse, les interventions impolies de cet homme sont récurrentes depuis les deux dernières années. Elle croit que Jimmy Voyer est alimenté par l'ancien directeur général de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey.

266 667$ pour les Sags

Saguenay devra verser 266 667 dollars aux Saguenéens de Chicoutimi. Le paiement en deux versements a été adopté hier en conseil municipal.

Un recours collectif d'anciens joueurs de la Ligue de hockey junior majeure du Québec avait été déposé il y a quelques années contre 60 propriétaires. Ces derniers réclamaient un meilleur salaire. 

Une entente hors cour de 30 millions de dollars est survenue en mai dernier. Des compagnies d'assurance en assumeront environ la moitié, 60 propriétaires, dont Saguenay, devront défrayer les 16 millions restants aux actuels et anciens joueurs.

Problématique de transport scolaire

Par ailleurs, plusieurs parents s'inquiètent que leurs enfants de 5 ans doivent marcher désormais pour se rendre à l'école. Ils ne seraient plus autorisés à prendre l'autobus pour la même distance. Le conseiller dans Jonquière, Jean-Marc Crevier a soulevé la problématique hier.

Le Centre de services scolaire de la Jonquière aurait répondu à certains parents que c'était en raison de la COVID-19 et qu'elle était dans son droit. Une situation impensable selon la mairesse Josée Néron.

« C'est impensable, s'il n'y a pas assez d'espace dans un premier autobus, on a qu'à aller en chercher un deuxième. Les gouvernements sont là pour pouvoir permettre d'avoir des sommes supplémentaires pour pouvoir couvrir les coûts reliés à la COVID. » Josée Néron, mairesse de Saguenay

Elle a rappelé d'ailleurs que Saguenay poursuit actuellement les deux Centres de services scolaires de son territoire qui refusent de collaborer avec son service de transport en commun alors qu'elles doivent le faire selon Québec.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!