COVID-19 : Les écoles du Québec pourraient fermer un mois à Noël

classes école

La situation se détériore dans les écoles alors que 324 classes ont été fermées en deux jours au Québec. Au total, les élèves de plus de 1100 classes sont présentement en enseignement à distance. 

Le premier ministre François Legault confirme qu'il évalue la possibilité d'une fermeture temporaire et «bien définie» des écoles. Les vacances de Noël pourraient être prolongées à un mois et les journées manquées seraient rattrapées en juin et juillet. Rien n'est cependant décidé.

«Par exemple, fermer les écoles pour un mois, incluant le temps des Fêtes, peut-être un petit peu plus, un petit peu moins, c'est ce qu'on regarde actuellement. » -Le premier ministre François Legault

Le président du Syndicat de l'enseignement de Saguenay, Jean-François Boivin n'est pas contre l'idée. Il croit toutefois qu'il faudrait allonger le congé après les festivités et non avant. Il pense à quelques jours de plus en janvier où les enseignants pourraient préparer leurs cours pour être prêts à affronter la deuxième partie de l'année scolaire.

Permettre l'école à la maison

Des élus de Saguenay proposent de permettre aux parents de faire l'école à la maison pendant 14 jours pour limiter la propagation du coronavirus dans la région qui est l'épicentre au Québec. Une solution qui serait difficilement applicable selon les enseignants.

Le représentant syndical Jean-François Boivin, craint que les enfants qui se retrouveront à la maison accusent un retard face aux élèves qui resteront en classe. Il serait impossible pour les enseignements de préparer tous les apprentissages et de faire un suivi serré.

« Le défi dans tout ça, c'est de s'assurer que tous les élèves soient au même niveau. Si on se ramène au printemps quand les enfants ont pu retourner à l'école, il n'y avait plus d'apprentissage de nouvelles connaissances, c'était de la consolidation. En plus, les élèves n'ont pas été évalués. »

Jean-François Boivin ajoute que faire l'école à la maison c'est un concept que peu de parents peuvent réellement mettre en pratique.

Une autre solution apportée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est de diviser les classes en deux. Une solution impossible avec la pénurie de main-d'oeuvre répond le premier ministre.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!