GNL Québec : le fossé se creuse entre les opposants et les sympathisants

Non à GNL

L'équipe de GNL Québec ne participe pas au Salon de l'emploi qui se tient aujourd'hui à l'Université du Québec à Chicoutimi. L'entreprise avait eu comme information que des opposants prévoyaient perturber l'événement.

Elle a préféré laisser la place aux 55 autres exposants qui y participent pour recruter de la main-d'oeuvre. L'UQAC salue le recul de GNL puisqu'il ne s'agissait pas d'une activité pour une seule entreprise, ajoutant que les autres kiosques sont tous occupés.

Hier, le MAGE-UQAC avait invité les étudiants sur les réseaux sociaux à porter leur macaron Non à GNL sur lequel on voit un navire de l'entreprise en flammes. Le vice-président aux affaires institutionnelles, Antoine G. Cormier assure que l'association étudiante ne voulait pas déranger le Salon, mais plutôt discuter avec l'entreprise. :

 

« Ce n'était pas l'objectif parce que le MAGE-UQAC est pour le dialogue. Étant donné leur absence, les échanges ne pourront pas avoir lieu. L'objectif n'était vraiment pas de leur faire abandonner le Salon de l'emploi. »

 

 

La publication du MAGE-UQAC : 

 

 

Autre rendez-vous jeudi

Un autre rendez-vous qui fait jaser dans les derniers jours est la venue des députées de Québec Solidaire, Catherine Dorion et Ruba Ghazal, jeudi à Chicoutimi. En après-midi, Mme Dorion donnera une conférence au Cégep de Chicoutimi sur l’environnement et l’indépendance et en soirée un rassemblement pour mieux comprendre GNL Québec est prévu au Café Cambio. On peut lire sur l'invitation

 

Mobilisons-nous contre GNL Québec ! 

Le 13 février prochain, vous êtes invité-es à joindre les députées de Québec solidaire Catherine Dorion et Ruba Ghazal ainsi que plusieurs intervenant-es de différents milieux afin de mieux comprendre les enjeux liés à GNL Québec.

⚠️ GNL Québec (Gaz naturel liquéfié Québec) est un projet du siècle passé : un gazoduc traversant le Québec jusqu’au Saguenay. Inutile de dire que ce projet va nuire à la lutte aux changements climatiques en plus de perturber les collectivités et les écosystèmes tout au long de son tracé.

✅ Venez en apprendre plus et découvrir comment aider à freiner cet absurde projet!

 

 

La députée Ghazal indiquait en entrevue à la Presse canadienne qu'il « n’y a pas vraiment de gens qui sont pour, c’est plus un mouvement de relations publiques entretenu par le promoteur ». La porte-parole de Je crois en ma région, Karine Trudel, réplique que les députées de Québec Solidaire n'ont aucune idée de la dynamique régionale. 

De passage au Cercle de presse du Saguenay mercredi matin, les députés bloquistes de la région ont réitéré leur pleine confiance au BAPE qui doit étudier le projet. Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe précisent cependant que la région détient des ressources beaucoup plus porteuses pour l'avenir que le gaz naturel comme le secteur de la foresterie qui n'est pas encore exploité à son plein potentiel.

« Mais est-ce que je vais faire comme QS et jeter ça [GNL Québec] à la poubelle sans proposer autre chose. Non, je vais me garder une petite gêne et je vais proposer autre chose. » - Mario Simard

 

Avec la collaboration de Sabrina Malaison.