Jonquière-Médic est victime du sous-financement fédéral en santé, affirme Mario Simard


Mario Simard (Noovo Info)

Jonquière-Médic souffre du sous-financement gouvernemental en santé, dénonce le député fédéral de Jonquière, Mario Simard. Le député bloquiste s'inquiète de l'avenir de ce service de santé unique au Québec.

Louise Tremblay, la présidente de Jonquière-Médic, évoquait vendredi dernier la possibilité de fermer d’ici un an, si aucun changement n'intervient. Des resserrements administratifs ont aggravé la situation de l’organisation au cours des dernières années.

Mario Simard déplore le refus du gouvernement fédéral d’augmenter sa part du financement en santé à hauteur de 35%, soit 28 milliards par année.

«C’est évident que Jonquière-Médic fait les frais du sous-financement chronique en santé. Ça fait 27 mois que le Québec et les provinces demandent unanimement de hausser les transferts. On ne peut demander à Québec d’en faire plus, alors que son poste budgétaire le plus important est la santé avec tout près de 50 % de son budget.»

En plus d'avoir des problèmes de financement, Jonquière-Médic ne reprendra pas le service en janvier, faute de médecins.

«En retenant l’argent des Québécois et des Québécoises, ce sont des initiatives comme Jonquière-Médic que le fédéral fragilise», ajoute Mario Simard.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!