La fin d'une session parlementaire mouvementée


A gavel is pictured with a Chair sing during  a House of Commons standing committee on public safety and national security in Ottawa, on Thursday, Oct. 20, 2022. THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick (La Presse Canadienne/Sean Kilpatrick)

La semaine dernière sonnait la fin d'une session parlementaire mouvementée.

Le Bloc Québécois a fait adopter la loi pour protéger les retraités lorsqu'il y a la faillite d'une entreprise. Les députés du Bloc ont aussi mobilisé les élus Jeannois pour dénoncer le redécoupage électoral.

En 2023, le député bloquiste de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe, entend poursuivre ses efforts pour défendre le Québec.

«Le Bloc maintient toujours sa même ligne. Si c'est bon pour le Québec on vote pour, si c'est mauvais on vote contre. Si ça veut dire une élection, on va en élection. Ce n’est pas vrai qu'on va laisser tomber le Québec par peur d'une élection, c'est sur et certain.»

Alexis Brunelle-Duceppe est également très fier que le bureau mobile ait desservi les habitants tout au long de l'année. Il a notamment permis de régler un gros volume de dossier citoyen.

Parti conservateur

De son côté, le Parti conservateur a élu un nouveau chef cette année, Pierre Poilièvre. La course à la chefferie a duré 8 mois.

Le député de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, explique que le parti concentre son énergie pour que la loi C-21, sur le contrôle des armes à feu, ne soit pas adoptée.

 «Le C-21, ça nous interpelle beaucoup ici, en région. Actuellement, on travaille très fort pour que le gouvernement recule sur cette loi. ON sait que le Bloc Québécois était également de notre côté.»

Le Parti conservateur prévoit aussi travailler à ce que le gouvernement supporte les Canadiens face à l'inflation.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!