Opération charme à Saguenay pour attirer de nouveaux immigrants

immigrants

Opération de charme aujourd'hui à Saguenay qui se montre sous ses plus beaux atours pour attirer des personnes immigrantes. Une trentaine de chercheurs d'emploi sont arrivés de Montréal ce matin pour découvrir la région, mais surtout pour rencontrer une vingtaine d'employeurs.

Le programme Un emploi en sol québécois est instauré depuis un temps déjà par la Fédération des chambres de commerce du Québec. L'objectif est d'inciter des personnes immigrantes déjà arrivées à Montréal de se diriger vers les régions pour combler des postes dans des secteurs où la pénurie de main-d'oeuvre est importante.

Lors de notre visite aux entretiens exploratoires vendredi matin à l'Hôtel Chicoutimi, un homme originaire du Cameroun nous a expliqué qu'il vient de terminer ses études en génie électrique à la Polytechnique de Montréal et il s'est dit que venir en région serait une autre belle expérience. :

 

« On m'a dit qu'il y a une pénurie d'emploi et j'ai aussi des amis par ici. À Montréal je n'aime pas la promiscuité, j'aime le calme et on m'a dit qu'ici c'était le cas. Aussi, on m'a dit que le loyer est moins cher que les commodités sont tout près. »

 

Un autre homme raconte qu'il travaille en comptabilité et qu'il aimerait quitter Montréal pour offrir une vie plus paisible à toute sa famille. Il avoue que l'idée qu'il se faisait des régions n'est pas du tout celle qu'il découvre et il est agréablement surpris.

L'an dernier 1500 personnes ont participé aux activités dans toutes les régions du Québec, de ce nombre, 82 familles s'y sont installées, dont quatre au Saguenay. Ça peut paraître peu, mais pour le directeur du programme, Benoît Malric, c'est un chiffre toujours en progression.

 

« D'un côté il y a l'emploi, mais déménager toute une famille en région ça demande beaucoup de temps et d'efforts. Ces gens doivent se trouver un autre appartement, une nouvelle garderie pour les enfants et un travail aussi pour le conjoint ou la conjointe. Moi ce que je dis, c'est que ces gens-là sont des pionniers ! »

 

Avec la collaboration de Julie Bergeron.