Pont de Ste-Anne: Discorde entre Jonquière et Chicoutimi

Pont Ste-Anne

Le vote de 2 M$ supplémentaires pour restaurer le pont de Saint-Anne de Chicoutimi n’a pas fait l’unanimité hier soir au conseil de ville de Saguenay. Le ministère des Transports avait accordé 2 millions, conditionnels à la participation à parts égales de Saguenay.

Quatre conseillers de Jonquière se sont questionnés sur l'urgence d'utiliser ces fonds. Le président de l'arrondissement de Chicoutimi, Michel Tremblay, a déploré le manque d’appui lorsqu’il est question d’investissements à Chicoutimi.

«Quand ça vient de Chicoutimi on dirait que c'est toujours plus compliqué. Nous on appuie tout le monde, on appuie la bibliothèque de La Baie, la place Nikitoutagan, le soccer dôme. Un moment donné, un peu de solidarité ça serait ''l'fun''.»

10 conseillers ont tout de même voté pour la résolution. Les travaux devraient être faits en deux ans.

Propriétés en zones inondables

Saguenay veut proposer au gouvernement son plan de gestion pour le lac Kénogami, la rivière Chicoutimi et la rivière aux Sables. C’est que le ministère de l’Environnement veut que ces secteurs deviennent des zones inondables depuis 2015. Ainsi, 240 résidences qui valent 53 M$ en valeur foncière perdraient de la valeur, en plus d’avoir des difficultés à se faire assurer. Les propriétaires seront d'ailleurs tous contactés sous peu.

«On a tout essayé. La dernière étape c'est de nous permettre de faire un plan de gestion de nos deux plans d'eau qui sont un petit peu plus problématiques. On espère avoir l'écoute du ministère.» Josée Néron, mairesse de Saguenay

Selon madame Néron, la ministre des Affaires municipales Andrée Laforest s’est montrée ouverte à collaborer dans ce dossier.

Dominic Gagnon victime de profilage politique?

Le chef du parti de l’Alliance Saguenay, Dominic Gagnon, s'est présenté au micro hier soir, se disant victime de profilage politique au conseil municipal de Saguenay. Selon lui, la mairesse Josée Néron le traite de manière incorrecte, surtout lorsqu’il pose des questions. Il lui a rappelé qu'elle aussi a déjà vécu ce genre de comportement lorsqu’elle était conseillère pour l'Équipe du renouveau démocratique (ERD).

«On m'a dit, parce que je n'étais pas là il y a quelques années, que vous-même vous aviez par le passé été victime de profilage politique. J'aimerais que ça arrête maintenant et j'aimerais avoir le droit de m'exprimer même si parfois nos opinions politiques sont divergentes.» - Dominic Gagnon, chef du parti de l'Alliance Saguenay
 

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!