Ruptures du service ambulancier dans la région par manque d'effectifs

ambulance

Il manque d'ambulanciers dans la région si bien qu'à certains moments au cours de l'été, il y a eu des ruptures de services et elles pourraient survenir encore, notamment pendant les Fêtes.

Il faudrait 15 ambulanciers de plus dans la région selon le Syndicat des ambulanciers du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Nord. Son président, Jean-Daniel Tremblay explique que plusieurs paramédics n'ont pas été en mesure de prendre leurs vacances au cours de l'été et que malgré cela, des bris de service ont été inévitables, entre autres, à Roberval ainsi qu'à L'Anse-Saint-Jean.

« À L'Anse-Saint-Jean, il y a une ambulance. Donc si on n'a personne, elle reste dans la caserne. C'est sur que ça augmente les délais, comme à Roberval, ce sont les ambulanciers de Chambord qui ont pris le relais. On a été chanceux parce qu'il n'est rien arrivé, mais ça augmente les chances de décès parce qu'il y a des bonnes distances à faire. » - Jean-Daniel Tremblay, président du Syndicat des ambulanciers du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Nord

Bien qu'une trentaine de finissants sortent du Cégep de Chicoutimi chaque année, ces derniers choisissent bien souvent d'aller travailler dans des grands centres où il n'y a pas d'horaire de faction, explique monsieur Tremblay. Rappelons que cet horaire exige que l'ambulancier soit à la caserne 24 h sur 24  pendant 7 jours consécutifs.

« Ça fait des années déjà qu'on demande au gouvernement de changer cet horaire. Le milieu du travail a besoin de s'adapter et maintenant les jeunes demandent de faire le métier qu'ils aiment avec des horaires de travail qui se peuvent. Les horaires de faction sont complètement désuets. »

À la question, est-ce que les ambulanciers de la région pourraient aider les infirmières aux urgences comme en Montérégie ? Jean-Daniel Tremblay répond que pour l'instant, il manque trop d'effectifs pour donner un coup de main : « Ça serait de déshabiller Pierre pour habiller Jacques ».

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'est pas le seul endroit à vivre cette problématique, au Québec, il manquerait présentement 200 paramédics.

En entrevue, Jean-Daniel Tremblay explique ce qu'est l'horaire de faction et quels changements devraient être apportés selon lui.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!