Un Saguenéen a patienté 14h pour se recueillir devant le cercueil de la reine


Le Saguenéen Pierre-Olivier Simard a fait le voyage jusqu'en Angleterre pour le décès de la reine Elizabeth II. (Courtoisie (Pierre-Olivier Simard))

Le Saguenéen Pierre-Olivier Simard a attendu 14 heures pour se recueillir devant le cercueil de la reine Elizabeth II, décédée à l'âge de 96 ans le 8 septembre dernier. Passionné de l'histoire de la reine depuis de nombreuses années, il a fait le voyage jusqu'en Angleterre après avoir appris son décès.

Pierre-Olivier Simard a toujours été impressionné par le parcours de la reine Elizabeth II qui a accédé au trône à l'âge de 27 ans. Le Saguenéen lui voue un grand respect pour avoir consacré 70 ans à la couronne.

«Je me dis, au Québec, on aime le sport et il y a des gens qui font cinq ou six heures de route pour aller voir un match de hockey. Moi j'ai fait six heures d'avion pour aller assister à une page de l'histoire.»

Le courtier immobilier raconte avoir patienté toute une nuit à l'extérieur pour vivre ce moment mémorable.

«Quand tu arrives dans la chapelle et que tu vois le cercueil de la reine qui est à quelques pieds de toi, avec les gardes, tu entendrais une mouche voler [...] De vivre ce moment-là, c'est un 10 secondes qui est complètement intense, incroyable, il y a de quoi donner la chair de poule.»

Environ un million de personnes se trouvent dans les rues de Londres à l'occasion des funérailles de la souveraine célébrées lundi. Le tout se déroule dans le calme, selon Pierre-Olivier Simard.

«Tu vois des gens de 5, 10 et 15 ans aller porter des fleurs, ils ont fait des dessins, ça pleure. Il n'y a pas de débordement, les gens sont calmes, ça respecte les lignes, ça se recueille. C'est vraiment beau à voir.»

Plus de 10 000 policiers sont mobilisés dans les rues de Londres pour assurer la sécurité. De nombreux chefs d'États sont présents, dont le premier ministre Justin Trudeau et le président américain Joe Biden.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!