Une 9e infirmière quitte à l'hôpital de Roberval

Infirmière

Une neuvième infirmière de l'hôpital de Roberval a remis sa démission hier. Elle travaillait au département de chirurgie.

Les soins intensifs sont par ailleurs toujours fermés à Roberval et les patients sont redirigés vers d'autres centres hospitaliers, précise la direction du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La situation est critique à l'hôpital de Roberval et des finissantes en soins infirmiers y seront déployées en priorité. Près d'une vingtaine de professionnelles ont quitté le bateau depuis décembre dernier.

Sur la corde raide dans plusieurs établissements

Au Québec, il manque 4 300 infirmières, ont indiqué plus tôt cette semaine le premier ministre François Legault et le ministre de la Santé Christian Dubé. Outre notre région, les services devront être réévalués dans plusieurs hôpitaux, en Abitibi notamment ainsi qu'en Outaouais.

Christian Dubé a averti les Québécois qu'il y aura des fermetures de départements et du délestage partout en province. Pour sa part, François Legault se dit prêt à tout pour ramener les infirmières du privé au public.

« On n’aime pas ça les agences privées et s'il faut être capable d'offrir les mêmes conditions, on va les offrir. Actuellement, on a vraiment besoin de plus d'infirmières dans le secteur public. »  -François Legault, premier ministre du Québec

Pour le chef du Parti québécois, Paul Saint-Pierre Plamondon, il est primordial d'offrir de meilleures conditions de travail aux infirmières québécoises.

« Ce qu'on voit dans d'autres provinces canadiennes, c'est qu'au lieu d'imposer des quarts de travail parfaitement inhumain. Ce qu'on va faire c'est de donner des conditions de travail. Il faut aussi réglementer tout ce qui se passe au privé. » - Paul Saint-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!