iheartradio


Aujourd’hui, l’histoire du quartier et de ses habitants est relancée dans un nouveau livre de Marisa Portolese, professeure agrégée de photographie à l’Université Concordia. (Graham Hughes | La Presse canadienne)

Presque rien ne laisse présager que le mélange de stationnements et de terrains industriels près du pont Victoria à Montréal était autrefois un quartier résidentiel dynamique.

Toutefois avant qu'il ne soit démoli en 1964 pour faire place à l'Autostade, un stade prévu pour l'Expo 67, des enfants jouaient sur les perrons de maisons victoriennes en rangée dans un petit ensemble de rues appelé Goose Village, ou Village-aux-Oies, où des vagues successives d'immigrants travaillaient, vivaient et élevaient des familles.

Aujourd’hui, l’histoire du quartier et de ses habitants est relancée dans un nouveau livre de Marisa Portolese, professeure agrégée de photographie à l’Université Concordia.

Publié en anglais et en français, Goose Village comporte des photos d'archives, des entretiens avec d'anciens habitants et des portraits modernes pour raconter la vie quotidienne de ce quartier ouvrier du sud-ouest de la ville avant que ses 350 bâtiments ne soient démolis par les politiciens de l’époque, ce qui a été présenté comme une rénovation urbaine.

Mme Portolese décrit Goose Village comme un petit quartier de six ou sept rues abritant de modestes maisons en rangée et une école primaire, ainsi que des restaurants et des entreprises familiales. Même si ses habitants n'étaient pas aisés et devaient faire face à des problèmes comme les odeurs nauséabondes des abattoirs voisins, elle indique qu'ils ont noué des liens étroits et que beaucoup restent en contact encore aujourd'hui.

«Les gens se connaissaient, a-t-elle déclaré lors d'une entrevue. D'après ce qu'ils m'ont dit, c'était un endroit merveilleux où vivre, où tout le monde prenait soin les uns des autres, et beaucoup de gens le décrivent comme une communauté très solidaire.»

Travailler sur ce livre a été une expérience personnelle pour Mme Portolese, dont la famille était profondément enracinée dans le quartier. Son père, Domenico Portolese, et sa mère, Pina Albanese, ont commencé leur vie conjugale à Goose Village dans le contexte de la vague d'immigrants italiens arrivés au Canada après la Seconde Guerre mondiale.

Mme Portolese a déclaré qu'ils étaient le dernier groupe de nouveaux immigrants à s'installer après les Ukrainiens et les Polonais arrivés après la Première Guerre mondiale et, plus tôt, les Irlandais qui ont débarqué sur les rives du Saint-Laurent à bord de «navires-cercueils» (terme utilisé pour décrire l'état déplorable dans lequel se trouvaient les bateaux où s'entassaient les immigrants) infestés de typhus au milieu des années 1800.

Bon nombre des premières maisons ont été construites pour les travailleurs irlandais qui ont survécu au voyage et ont participé à la construction du pont Victoria menant à la rive sud de la ville, qui a été achevé en 1859.

Sauvegarder la mémoire du patrimoine

Mme Portolese a expliqué que la motivation de son livre était, en partie, un effort pour inverser «un effacement complet de notre patrimoine, du patrimoine local».

«Il n'y a aucun panneau sur place qui fasse allusion au fait qu'il y avait autrefois un quartier, un quartier important», a-t-elle déclaré.

Dans le livre, des photos prises par des photographes urbains au début des années 1960 montrent des scènes animées, avec des enfants dansant et jouant dans les rues et dans les cours et des femmes bavardant sur le pas des portes des maisons en brique de deux ou trois étages. Une autre série de photos prises juste avant la démolition en 1964 est plus sombre, montrant l'intérieur d'appartements abandonnés, avec des meubles et des papiers abandonnés éparpillés sur le sol.

Le livre présente également les propres photos de Mme Portolese de la région au cours des dernières années, montrant des stationnements envahis par les mauvaises herbes et les fleurs, ainsi que des portraits d'anciens résidents, dont son père, dans les terrains vagues où se trouvaient autrefois leurs maisons.

En plus de se trouver sur la couverture, le père de Mme Portolese faisait également partie intégrante du processus de création de quatre ans, dont une grande partie s'est déroulée pendant la pandémie de COVID-19 et impliquait de retrouver d'anciens résidants et de trier quelque 1600 photos d'archives qui ont été reçues sans index, a-t-elle relaté.

Goose Village, également connu sous le nom de Victoriatown, a été démoli au printemps 1964, forçant 1500 résidants à déménager dans des quartiers environnants qui facturaient souvent des loyers plus élevés. Le stade sportif construit sur le site, appelé Autostade, a été utilisé pendant moins de 10 ans après l'Expo 67 et a été démoli à la fin des années 1970. Il a notamment accueilli les Alouettes de la Ligue canadienne de football de 1968 à 1976, et le défunt Olympique de Montréal de la Ligue nord-américaine de soccer de 1971 à 1973.

Mme Portolese estime que son projet est particulièrement pertinent de nos jours, alors que les loyers et les prix des logements augmentent dans les villes du Canada, ouvrant la voie à une nouvelle vague d’embourgeoisement et de déplacement.

Aujourd'hui, la zone où se trouvait autrefois Goose Village fait à nouveau l'objet de projets de développement, avec des propositions concurrentes de promoteurs qui espèrent construire des centaines ou des milliers d'unités dans cette zone longtemps sous-utilisée.

Mme Portolese espère que, quel que soit le projet retenu, il inclura une bonne quantité de logements sociaux, ainsi que des clins d'œil au passé.

«Je voudrais une sorte de panneau dans ce quartier qui explique qu'il y avait autrefois ce village qui y vivait, qu'il y avait autrefois cet endroit qui existait, pour que cela ne soit pas complètement effacé», a-t-elle déclaré.